Véhicule d’occasion : les comportements d’achat passés à la loupe

Publié le par

Face à la digitalisation des annonces, les pratiques des automobilistes en matière d’achat de véhicules d’occasion semblent résister à la vague des applications numériques.

Véhicule d'occasion : les comportements d’achat passés à la loupe

Dominé par les transactions entre particuliers, le marché du VO s’est établi à 5,4 millions de véhicules l’an dernier, avec un plébiscite pour les modèles de plus de cinq ans. Étudiés, disséqués, analysés, les comportements des consommateurs à l’heure d’acquérir une voiture de seconde main tendent à démontrer que les habitudes ont la vie dure. « La voiture n’est pas un achat anodin, expliquent les représentants du site d’annonces Vivastreet qui ont passé en revue les pratiques des acheteurs. Sécurité, fiabilité, conformité avec la législation, future consommation de carburant, de nombreux paramètres entrent en compte, en plus du prix. » Autant de raisons qui conduisent le plus souvent à la recommandation par un tiers pour vendre ou acheter un véhicule.

Si le réseau social demeure encore essentiel dans le processus d’achat, ce dernier s’appuie désormais sur les petites annonces en ligne. À l’heure où le retour sur le devant de la scène de ParuVendu (le site vient d’annoncer la signature d’un nouveau partenariat avec automoto.com afin de consolider son offre) pourrait rebattre les cartes du segment, une tendance accentuée par la tarification du « bon coin » pour les professionnels, les applications pour mobile peinent en revanche à convaincre.

Pour Cédric Brochier, directeur général de Vivastreet en France, le changement serait une question d’outil. « Quand les applications pour terminaux mobiles sont efficaces, les utilisateurs n’hésitent pas à s’en servir. Il y a 30,4 millions de mobinautes en France, mais seulement 17 %* d’entre eux ont téléchargé plus de cinq applications en 2014. » Pour l’heure, la recherche d’un VO à partir de son smartphone n’est pas encore entrée dans les mœurs. « Elle n’en est qu’à ses balbutiements, reconnaît le responsable. Néanmoins, la croissance obtenue en 2014 nous rend confiant quant au développement de la pratique en 2015. »

* Source Baromètre trimestriel du marketing mobile en France, décembre 2014, MMA France, ComScore, GFK, Médiamétrie.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos