[Vidéo] Interview d’Yves Pasquier-Desvignes, Volvo Car France : « Nous ne disons pas que le réseau est sorti du jeu, il y aura à l’avenir un mode hybride »

Publié le par

Entretien avec le dirigeant de la marque Volvo en France après les annonces faites le 2 mars dernier, à savoir l’abandon du moteur thermique à l’horizon 2030 pour une électrification totale de la gamme et la digitalisation des ventes.

© Volvo Cars
© Volvo Cars

Après Ford et Jaguar Land Rover, la marque sino-suédoise annonce à son tour l’électrification totale de sa gamme à l’horizon 2030 avec un point de passage en 2025. Håkan Samuelsson, P-DG de Volvo Cars a par ailleurs annoncé que l’ensemble de ces nouveaux modèles électriques seraient commercialisées de manière digitale. Une annonce pour le moins disruptive qui inquiète le réseau français. Une mise au point sur l’ensemble de ces annonces s’imposait avec Yves Pasquier-Desvignes, président de Volvo Car France.

Yves Pasquier-Desvignes rappelle à cette occasion que « la technologie électrique va évoluer radicalement dans les dix prochaines années. Le tout électrique démarre faiblement en raison de l’autonomie et du réseau de recharge rapide ».

« Il y a une double course : l’amélioration des voitures et des technologies et la recharge rapide sur les axes routiers ».

« Les voitures électriques seront redessinées. De nouvelles voitures à taille plus réduire feront leur apparition chez Volvo ».

« Le mot digital fait peur à tout le monde dès qu’on en parle, pourtant c’est une réalité économique dans tous les secteurs ».

À propos du réseau, le dirigeant explique que « Volvo a rappelé que le digital se ferait avec les réseaux de distribution qui assistera au commerce. Nous pensons que le commerce de voitures va se digitaliser dans son intégralité ».

« Nous ne disons pas que le réseau est sorti du jeu, il y aura à l’avenir un mode hybride ».

« Le mode de fonctionnement entre le constructeur et le distributeur va évoluer. Certains nouveaux clients voudront peut-être acheter uniquement au niveau digital. Il faut être transparent avec les distributeurs pour ne pas surdimensionner l’immobilier et être raisonnable sur les frais de structure. Il y a une pression environnementale colossale, les marques premium doivent réagir pour exister dans les deux prochaines années ».

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos