Volkswagen et Uber s’associent en faveur de l’électrique à Berlin

Publié le par

Volkswagen a décidé d’investir 33 milliards d’euros dans l’électromobilité à l’échelle du groupe d’ici à 2024, dont 11 milliards d’euros pour la marque Volkswagen. Celle-ci prévoit de produire 1,5 million de véhicules électriques en 2025.

© Volkswagen
© Volkswagen

« Améliorer la qualité de l’air dans les zones urbaines ». Voici le défi commun que se sont lancés Volkswagen et Uber à Berlin, en Allemagne. Cette initiative s’appuie sur le dispositif « Uber Green » lancés par le géant des VTC qui promeut l’utilisation de véhicules électriques et hybrides dans un contexte de service de covoiturage. La réservation avec cette option eco-friendly propose des trajets au même prix qu’une course UberX. L’ambition de l’Américain est claire : diminuer l’utilisation de carburant, améliorer la qualité de l’air et réduire l’empreinte carbone de chaque trajet. Avec l’e-Golf, les passagers berlinois disposent dorénavant d’une alternative zéro émission locale faisant partie du portefeuille de modèles de Volkswagen. Le projet pilote a pour objectif d’utiliser des e-Golf âgées d’un an qui pourraient se compter, à terme, par centaines sur les routes de la capitale allemande. Notons que Volkswagen utilise déjà l’e-Golf pour son propre service d’auto-partage « We Share », à Berlin notamment.

En septembre, Uber a annoncé son intention de devenir une plateforme de mobilité zéro émission d’ici à 2040, avec 100 % des trajets proposés via des véhicules zéro émission, des transports publics ou des offres de micro-mobilité. « Cette coopération offre à nos partenaires de location de voitures une possibilité économiquement attractive de passer rapidement à des motorisations zéro émission. Notre expérience montre également que les gens sont beaucoup plus ouverts au thème de l’électromobilité dès lors qu’ils ont réalisé un premier trajet dans un véhicule 100 % électrique », affirme Christoph Weigler, directeur général d’Uber DACH. Un bonus écologique sera d’ailleurs proposé aux chauffeurs de VTC pour les aider à passer l’électrique.

Outre l’Allemagne, ce service « vert » fait déjà ses preuves en France depuis 2016. Il est déployé au sein de douze agglomérations que sont Montpellier, Reims, Rouen, Paris, Lille, Bordeaux, Nice, Marseille, Nantes, Toulouse, Lyon ou encore Strasbourg.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos