Volkswagen lève les barrières entre l’homme et le robot

Publié le par

Si le robot est une aide indispensable dans le travail de construction en usine, il reste tout de même dangereux. Jusqu’à ce jour, l’homme et le robot étaient séparés par une barrière de sécurité. La division production du groupe Volkswagen a souhaité y mettre fin en créant des « zones de sécurité dynamiques ».

Volkswagen lève les barrières entre l’homme et le robot

Les « zones de sécurité dynamiques » viennent de faire leur apparition au sein des usines Volkswagen sous la forme d’un test. Il s’agit de zones éclairées de différentes couleurs (vert, jaune et rouge) où évoluent les salariés de l’usine. Dans l’expérimentation, Karl-Heinz Häfner, employé du groupe, se déplace en fonction des couleurs. Lorsqu’il se trouve dans la zone verte, le robot travaille à vitesse habituelle alors que lorsque son pied se pose dans la zone jaune, le robot ralentit fortement jusqu’à s’arrêter quand l’employé est dans la zone rouge. Cette zone est dynamique, elle s’adapte en fonction des actions et déplacements du robot et de l’homme. La sécurité du salarié est ainsi assurée, grâce à un scanner laser. Il s’agit d’une première : un homme peut travailler sans crainte à proximité d’un robot sans protection.
« Nous cherchons maintenant à rendre les robots industriels aptes à collaborer avec les êtres humains afin d’alléger leur travail, les robots industriels pouvant soulever des pièces beaucoup plus lourdes et ainsi les transmettre aux personnes », explique Martin Gallinger, responsable du développement des applications robotiques. Cette expérimentation est un premier pas vers une diffusion plus large de ce mode de production dans les usines du groupe.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos