Volvo XC40 : SUV compact de conquête

Publié le par

Volvo étoffe son catalogue de SUV urbains déjà foisonnant avec le XC40. Un modèle capital pour la marque suédoise qui complète son offre de SUV avec ce nouveau modèle entrée de gamme, petit frère des XC90 et XC60.

Volvo XC40 : SUV compact de conquête

L’offre des SUV urbains ne manque pas mais il manquait en revanche à Volvo cette pièce maîtresse dans sa gamme. Cette lacune est désormais comblée avec le nouveau XC40, qui vient compléter la famille des SUV du suédois aux côtés de ses deux grands frères les XC90 et XC60.
Rien que sur le marché des SUV urbains premium, le XC40 rencontre pas moins de six concurrents déclarés, récents ou renouvelés, à l’image, au niveau des allemands, des Audi Q3, BMW X1, Mercedes GLA, et outre-Manche, le Jaguar E-Pace, de Rang Rover Evoque et du Mini Countryman. C’est dans ce contexte que le SUV affirme ses différences et ses atouts.

Une différenciation qui débute par ses dimensions : long de 4,42 m et large de 1,86 m, le XC40 s’inscrit dans la moyenne du segment, à mi-chemin entre le X1 et l’Evoque pour ne citer qu’eux. C’est surtout avec sa hauteur de 1,65 m, identique à celle de son grand frère, le XC 60, que le modèle se démarque. L’empattement du modèle s’impose comme le plus significatif du marché, soit 2,70 m.

Il en résulte un véhicule aux lignes dynamiques et au style affirmé, notamment via l’arrière du modèle, massif, anguleux et abritant des optiques en forme de C. On retrouve ici sans peine le style du constructeur suédois, qui a le mérite de se démarquer de ses concurrents allemands. Volvo sort tout de même (un peu) de sa zone de confort avec un pavillon flottant personnalisable, une option dans l’air du temps sur ce segment des SUV urbains.

Une habitabilité généreuse

À bord, l’habitabilité est réelle avec un espace confortable pour quatre occupants, mais pas cinq. Le coffre propose une capacité de 460 l, capacité qui grimpe à 1 336 l sièges arrière rabattus. Ces derniers se rangeant électriquement en pressant une commande située à côté de celle de la fermeture automatique du coffre. S’ajoutent divers rangements sous les sièges, dans les portières ainsi que quelques éléments destinés à faciliter la vie à bord tels qu’un crochet porte sac à main sur la boîte à gant. Pas de grosses surprises concernant la planche de bord au design finalement assez proche des XC60 et XC90. Soignée et ergonomie, elle mêle éléments classique à attributs plus originaux. Pour preuve : la possibilité de choisir une teinte de contraste.

Cette planche de bord intègre, dès le premier des cinq niveaux de finition (XC40, Momemtum, R-Design, Inscription et Inscription Luxe) un combiné d’instruments de 12,3’’ ainsi qu’un écran tactile de 9’’. Avec son XC40, Volvo en effet a voulu mettre à l’accent sur le côté connecté : dès le deuxième niveau de finition, le SUV se dote de l’Apple Carplay et Google Android auto ainsi que de la recharge par induction. Des caractéristiques qui n’ont rien d’étonnantes puisque le XC40 est basé sur la plateforme Compact Modular Architecture (CMA) conçue conjointement par Volvo et le constructeur chinois Geely. Cette même plateforme sur lesquels seront bâtis les modèles de la marque Lynk & CO, jeune marque qui se revendique connectée.

Fidèle à son image savamment entretenue, Volvo a également doté son véhicule des dernières technologies en termes d’aides à la conduite telles que le régulateur de vitesse, la reconnaissance des panneaux de signalisation dès la finition entrée de gamme. S’ajoute dans la finition Momentum les radars de recul avant et arrière. Il faut cependant atteindre la finition haut de gamme Inscription Luxe pour voir ce panel s’étoffer du régulateur adaptatif avec fonction semi-automatique, du détecteur d’angles mort, de la caméra de recul avant radars avant et arrière ainsi que du Park Assist.

<galleria10606|width=630>

Tarifs élitistes et malus prohibitifs

À l’heure actuelle, le SUV est animé par une gamme composée seulement de deux motorisations, le diesel de 190 ch quatre roues motrices, couplé à une boîte automatique à huit rapports ainsi que l’essence de 247 ch, toujours en quatre roues motrices et boîte automatique à huit vitesses. En avril 2018, l’offre sera complétée par un diesel de 150 ch deux ou quatre roues motrices couplé au choix à une boîte manuelle six rapports ou l’automatique huit vitesses. En essence, le panel de motorisations intégrera un 150 ch deux roues motrices, boîte manuelle ou automatique ainsi qu’un 197 ch deux ou quatre roues motrices en boîte automatique.

Avec les deux seules motorisations pour l’instant proposées, le ticket d’entrée du XC40 atteint 45 100 euros en Momemtum en diesel et 45 950 en essence 247 ch. En finition R-Design, qui devrait représenter pas moins de 48 % des ventes, le SUV affiche un tarif de 47 970 euros en diesel 190 ch et 48 820 euros en essence 247 ch. Sans oublier le malus qui atteint 4 890 euros sur la version essence et se limite à 353 euros pour la version diesel. Le reste des tarifs, plus raisonnables et moins malusés, devraient suivre en avril avec l’ajout au catalogue des versions plus accessibles dotées de moteurs moins puissants, de deux roues motrices et de boîtes de vitesses manuelles.

Un produit de conquête

Avec son XC40, modèle qui s’imposera comme le plus accessible de sa gamme, les ambitions de Volvo sont claires : attirer une nouvelle clientèle. C’est dans ce contexte que le constructeur inaugure avec le lancement de ce modèle une nouvelle forme de commercialisation originale baptisée Care by Volvo. Le principe : un abonnement mensuel forfaitaire de 24 mois qui intègre l’assurance et de l’entretien mais aussi d’autres services additionnels dont le lavage, le plein, le service de jockey lors de l’entretien ou encore la livraison dans le coffre des achats effectués en ligne. Autre caractéristique de cette offre : faciliter le partage du véhicule via une technologie de clé numérique. Si le constructeur souligne essentiellement son utilité pour le partage du véhicule dans un cercle familial, cette fonction pourrait cependant bien plaire aux flottes, qui, selon les prévisions devraient représenter pas moins de 40 % des ventes du XC40.

Le modèle, dont les commandes sont ouvertes depuis la rentrée, sera lancé dans le réseau mi-mars. Volvo ambitionne de faire de son XC40 son best-seller : la marque, qui vend en année pleine environ 16 000 véhicules neufs dans l’Hexagone, vise un volume de 7 000 XC40, dont près de 40 % sur le canal des professionnels. Il faut dire que le modèle s’inscrit sur un segment en plein boom, en hausse de 22 % et qui devrait poursuivre sur ce rythme de croissance dans les années à venir.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos