Volvo souhaite vendre ses véhicules sur Internet

Publié le par

Le constructeur suédois a annoncé le 5 décembre dernier son intention de vendre ses véhicules directement sur Internet.

Volvo souhaite vendre ses véhicules sur Internet

La marque Volvo a profité de la convention nationale organisée le 5 décembre dernier pour annoncer aux concessionnaires français son intention de vendre directement des véhicules neufs sur Internet. Ceci, dans le cadre d’un programme baptisé Care By Volvo. Déjà opérationnel aux États-Unis et en phase de test en Allemagne ainsi qu’en Suède, ce dernier a vocation à se déployer à l’échelle internationale.

Un canal web complémentaire

Les dirigeants de Volvo Car France auraient également précisé que la mise en œuvre de ce canal de diffusion VN ne saurait remettre en cause les activités actuelles de son réseau de distribution.

Il s’agitait d’une prestation complémentaire pour les opérateurs. Elle viendrait enrichir leur business existant en leur permettant de livrer des véhicules additionnels (contre rémunération). La constitution de cette filière supplémentaire de vente semble motivée par la volonté de ne pas laisser « filer » ailleurs des clients désormais adeptes du e-commerce. Cette possibilité devrait permettre la commercialisation de modèles 100 % électriques de haut de gamme proposés sous la marque Polestar… Cette dernière devrait dévoiler un deuxième modèle, lors du prochain salon de Genève, qui sera en concurrence frontale avec la Tesla 3.

Après Fiat, Volkswagen, Peugeot ou encore Citroën, le constructeur nordique envisage d’élargir le prisme de ses canaux de vente via internet. Selon certaines sources, l’annonce qui vient d’être faite devrait se concrétiser d’ici deux à trois ans, le temps d’engager les discussions techniques et pratiques avec les distributeurs.

Une rentabilité de 1,8 % en 2018

Le réseau Volvo France devrait compter d’ici à la fin de l’année 124 points de vente confiés à 55 partenaires. En 2018, il devrait afficher une rentabilité de 1,8 %. De son côté, le constructeur suédois occupe une part de marché de 0,85 % dans l’Hexagone. Ce taux de pénétration correspondant à un volume de quelque 18 500 immatriculations par an. Volvo serait en passe de franchir le cap des 20 000 commandes cette année. Enfin, il convient de souligner que les ventes de Volvo ont progressé de 16,4 % sur les onze premiers mois de l’année 2018.

Au final, ces chiffres semblent confirmer le constat d’un partenariat efficace. Volvo a terminé dans le tiercé de tête de la dernière cote d’amour des constructeurs. De quoi se brancher sur la suite !

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos