Weproov améliore sa précision

Publié le par

L’application d’inspection des dommages de carrosserie améliore son efficacité et s’approche progressivement des 100 % de dégâts détectés par voiture.

© Weproov
© Weproov

Lancé en 2016, Weproov arrive aujourd’hui à maturité. L’application mobile qui permet de réaliser une inspection de véhicule avec chiffrage des réparations devrait franchir un palier symbolique en 2021. Déjà présente chez de nombreux clients loueurs et assureurs notamment, Weproov travaille constamment à l’amélioration de son système. Basée sur l’intelligence artificielle, la reconnaissance des dommages nécessite un apprentissage permanent. Cet enrichissement passe par l’exploitation des photos prises chaque jour par l’application, mais surtout par la qualification de ces dernières par une équipe interne.

Dommages à partir d’un demi-centimètre

Le travail de précision indispensable au fonctionnement de l’application passe par l’identification et le classement de tous les types de dommages, à partir d’une taille d’un demi-centimètre. Le référencement de ces millions d’images a abouti à la création de 18 grandes catégories de dégâts. Leur interprétation s’inscrit également dans leur position sur le véhicule. La firme a partagé une voiture en 44 parties différentes pour faciliter le repérage des dommages. Dans son processus d’amélioration constante de l’intelligence artificielle, Weproov devrait franchir un palier important en 2021, avec des taux de reconnaissance supérieurs à 90 %. En effet, la firme annonce une reconnaissance de 90 % des dommages de 0,5 à 1 cm, de 95 % des dégâts mesurant entre 1 et 5 cm, et de 98 % des défauts supérieurs à 5 cm.

Deux minutes par analyse

Pour garantir un niveau de qualité optimal des photos, l’application guide largement l’utilisateur. La prise d’image est notamment facilitée par une aide au cadrage de chaque photo. Le logiciel estime ensuite le montant des réparations en fonction des recommandations constructeurs. Le processus reste simple et l’ensemble prend en moyenne deux minutes. Selon Weproov, l’utilisation de l’application dans le cadre d’expertises contradictoires avec des réparateurs donnerait en moyenne un écart de 10 %. Au-delà de cette différence, qui peut être modeste ou importante en fonction des montants constatés, l’application inquiète surtout les experts. Ces derniers ont pris conscience du développement de solutions de ce type. Des systèmes appelés à se généraliser pour certains types de chocs mais encore perfectibles pour d’autres dommages et d’autres types de véhicules.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos