Xavier Horent, CNPA : "Nous souhaitons que la voie d’un équilibre soit privilégiée"

Publié le par

Tandis qu’un troisième confinement se prépare en France, une option stricte avec fermeture des commerces "non essentiels" fait réagir Xavier Horent délégué général du CNPA.

© CNPA
© CNPA

"Faute de perspectives, le moral collectif est entamé"

"Nous suivons avec attention la préparation des prises de décision dont les contours commencent à se préciser depuis plusieurs jours. Une intervention du Président de la République n’est pas à exclure dès le week-end prochain", rappelle Xavier Horent délégué général du CNPA. "Alors que l’option d’un reconfinement « strict » semble inéluctable pour la communauté scientifique, nous souhaitons que la voie d’un équilibre soit privilégiée : sacrifier l’économie comme au printemps dernier serait absolument tragique et poserait des questions d’acceptabilité sociale en des termes très différents. Il faut vivre avec le virus et ne pas le laisser tout dominer".

"Le quoi qu’il en coûte doit se poursuivre tant que cette crise n’est pas jugulée".

Et d’ajouter : "Le moral collectif est entamé, faute de perspectives alors que les vaccins sont aujourd’hui la seule solution pour relancer l’économie et la société. Le CNPA escompte, dans ce cas, que le confinement soit couplé à une nette accélération de la vaccination et à l’utilisation des nouveaux tests salivaires. Il ne doit pas non plus se traduire par des fermetures radicales des commerces, avec le retour de l’impossible débat entre secteurs essentiels et non essentiels. Il faut tirer les enseignements des deux premiers confinements, et privilégier la continuité des activités - d’autant que les commerces, et notamment ceux de la Profession, restent des lieux sécurisés au plan sanitaire. Le "quoi qu’il en coûte" doit se poursuivre tant que cette crise n’est pas jugulée".

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos