Zone à faibles émissions (ZFE) : le CNPA hausse le ton

Publié le par

Véhicules diesel de plus de 18 ans, à essence de plus de 21 ans sont désormais interdits dans 49 communes de la métropole parisienne. Le CNPA regrette la mise en place unilatérale de mesures aussi restrictives, sans étude d’impact préalable ni concertation avec les acteurs de la filière.

Zone à faibles émissions (ZFE) : le CNPA hausse le ton

À compter de ce 1er juillet 2019, les véhicules classés Crit’Air 5 ou hors classement soit les véhicules diesel de plus de 18 ans et essence de plus de 21 ans – sont interdits à la circulation dans 49 communes de la métropole du Grand Paris. Une mesure votée en novembre 2018 dans le cadre de la mise en place de la zone à faibles émissions (ZFE).

Pour ne prendre que les seuls véhicules portant la vignette de couleur noire, Crit’Air 5, l’interdiction impacte environ un véhicule sur treize, soit 7,95 % du parc roulant, au sein du périmètre formé par l’A86.

Une mesure qui fait réagir le CNPA qui « regrette la mise en place unilatérale de mesures aussi restrictives, sans étude d’impact préalable ni concertation avec les acteurs de la filière ». Et d’ajouter : « Ces mesures entrent en vigueur avant même la réalisation d’analyses scientifiques : évoquée en mars 2018 lors d’une réunion sur l’avenir de la filière automobile, le gouvernement a seulement confirmé la semaine dernière le lancement, à la mi-juillet, d’une étude sur les émissions des véhicules thermiques ». Le CNPA s’interroge sur un lancement aussi tardif, alors que la ZFE est déjà mise en place en région francilienne, et que le projet de loi d’orientation des mobilités, qui devrait être adopté en juillet, consacre la création des ZFE et des mesures de restriction de circulation, ainsi que la fin des ventes de véhicules thermiques en 2040.

Classer le diesel récent en Crit’Air 1

Le CNPA escompte que cette étude permette de trancher l’opportunité de classer les véhicules diesel récents en Crit’Air 1. Ajoutant que « sur ce point, il apparaît incohérent que les vignettes Crit’Air se fondent, encore, sur l’âge et la motorisation des véhicules, au lieu des émissions réelles des véhicules ».

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos