Zone à faibles émissions : la Mairie de Paris se félicite de cette nouvelle étape franchie

Publié le par

Suite à la mise en place de la ZFE dans le Grand Paris à l’intérieur d’un périmètre bordé par l’autoroute A86, la Mairie de Paris demande à l’État un accompagnement fort afin que cette mesure soit efficace et comprise.

© Pixabay
© Pixabay

Depuis le 1er juin, les véhicules classés Crit’Air 4, 5 et non classés ne peuvent plus circuler en semaine entre 8 heures et 20 heures dans la métropole du Grand Paris. Pour rappel, cette zone à faibles émissions se situe dans un large périmètre situé à l’intérieur de l’A86 qui forme une large boucle autour de Paris.

Cette mesure provoque beaucoup de réactions du côté des automobilistes. Ces derniers découvrent pour la plupart ces mesures de restriction de circulation qui vont marquer les mobilités interurbaines dans les dix prochaines années. Par ailleurs, l’impact sur le marché du véhicule d’occasion et de l’après-vente pourrait être réel à court terme.

De son côté, la Mairie de Paris évoque dans un communiqué « une nouvelle étape franchie » tout en appelant le gouvernement à une « aide renforcée de l’État pour les ménages les plus modestes, les classe moyennes et les professionnels ».

« On peut changer de voiture mais pas de poumons »

Pour Emmanuel Grégoire, David Belliard et Dan Lert, adjoints à la maire de Paris : « Nous nous félicitons de cette nouvelle étape franchie. La zone à faibles émissions est l’une des clés pour lutter efficacement contre la pollution de l’air et protéger la santé des Parisiens et des Grand-Parisiens. Le gouvernement doit nous donner les moyens de la faire respecter dans les meilleurs délais pour la rendre réellement efficace et allouer les recettes du contrôle pour aider les ménages et les professionnels les plus modestes à aller vers des véhicules plus propres. On peut changer de voiture mais pas de poumons. C’est un enjeu de justice sociale et de santé publique ! »

« Cette ZFE pourrait être incomprise et injuste socialement »

« Les maires ont pris leurs responsabilités en faisant tout ce que leurs compétences leur permet pour protéger la santé des habitants, et contribuer ainsi à ce que la France respecte les directives européennes, explique la Mairie de Paris. L’État doit maintenant assumer les siennes pour que ces nouvelles règles soient acceptées et respectées. Sans cet accompagnement fort de l’État, que d’autres métropoles françaises appellent aussi de leurs vœux, cette ZFE sera incomprise car injuste socialement et inefficace. L’annonce d’un nouveau plan de relance avec l’aide de l’Europe doit permettre de le mettre en œuvre ».

Des aides pouvant aller jusqu’à 19 000 euros

Afin de faciliter l’accès aux aides pour les ménages les plus modestes, la métropole du Grand Paris a mis en place un guichet unique (primealaconversion.gouv.fr). Cumulées, ces aides pourraient « aller jusqu’à 19 000 euros pour l’achat d’un véhicule propre neuf, et jusqu’à 12 000 euos pour l’achat d’un véhicule propre d’occasion ».

Mots clefs associés à cet article : ZFE

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos