Etude

56% des Français prêt à payer plus pour une voiture neuve moins polluante

Clotilde Gaillard
56% des Français prêt à payer plus pour une voiture neuve moins polluante

© D.R.

Selon un sondage YouGov, mandaté par Transport & Environment (T&E), la majorité des conducteurs européens interrogés seraient prêts à mettre la main au porte-monnaie pour se déplacer de manière plus vertueuse. Un effort qui doit néanmoins être partagé…

Parallèlement à la sortie de son rapport préconisant un durcissement de la TVS pour les véhicules les plus émetteurs de CO2 au sein des flottes, l’ONG Transport & Environment (T&E) s’est tourné vers l’institut de sondages YouGov pour mener une étude portant sur l’acceptation de ces recommandations au sein de la population européenne. Interrogeant plus de 8 000 personnes dans sept pays de l’UE – l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, la Pologne, la Roumanie et la République tchèque –, l’enquête dévoile qu’une large part du public soutient la mise en œuvre de règles européennes plus strictes à destination des constructeurs automobiles en matière de pollution atmosphérique.

Prise de conscience des consommateurs

Alors même que la Commission européenne doit, en avril, proposer les nouvelles normes « Euro 7 » qui détermineront un cadre légal pour les 100 millions de voitures thermiques qui seront vendues en Europe après 2025, trois quarts des sondés – 76 %, un taux égal à celui relevé en France – affirment que les constructeurs devraient être légalement tenus de réduire les émissions des voitures neuves autant que techniquement possible. Conscients que l’action se doit d’être collective, 65% des sondés se déclarent même prêts à payer 500 € de plus lors de l’achat d’une voiture neuve aux émissions de CO2 réduites – soit la somme maximale déboursée par les fabricants afin de réduire la pollution d’une voiture.

Ce chiffre grimpe à 71% en Italie et en Espagne mais chute à respectivement 57 et 56% en Allemagne et en France, ce qui reste toutefois au-dessus de la moitié. Preuve que les mentalités évoluent, comme l’analyse Diane Strauss, directrice du bureau français de T&E : « Le secteur automobile prétend que la réduction d’émissions des véhicules coûte trop cher quand, en réalité, cela représente un budget moindre que la peinture d’une voiture. Le grand public se déclare prêt à payer la différence et défend des normes plus strictes, sur toute la durée de vie du véhicule et dans toutes les conditions, y compris pour les trajets courts en ville. »

Nous vous recommandons

Marché flottes : des milliers de véhicules d'entreprise mis à la route en janvier 2023

Marché flottes : des milliers de véhicules d'entreprise mis à la route en janvier 2023

Au cours du premier mois de l'année, plus de 50 000 véhicules neufs ont d'ores et déjà rejoint les flottes d'entreprise françaises.Le mois de janvier étant terminé, place à un point de marché. Au cours du premier mois de l’année,...

Les ventes de véhicules utilitaires en recul de 15 % en Europe en 2022

Les ventes de véhicules utilitaires en recul de 15 % en Europe en 2022

En 2022, le bilan de la sécurité routière s’enfonce dans le rouge

En 2022, le bilan de la sécurité routière s’enfonce dans le rouge

Découvrez les voitures les plus vendues dans le monde en 2022

Découvrez les voitures les plus vendues dans le monde en 2022

Plus d'articles