6 employés sur 10 veulent une voiture de fonction électrique

Clotilde Gaillard
6 employés sur 10 veulent une voiture de fonction électrique

Le baromètre EVBox de la mobilité 2022, réalisé par EVBox et Ipsos, expose une photographie plutôt exhaustive de la mobilité électrique en Europe. Parmi les constats émis, il ressort que 57 % de la population sondée pensent que les entreprises devraient proposer une voiture électrique à leurs salariés.

Mené auprès de plus de 4 000 citoyens de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni et des Pays-Bas, le baromètre EVBox de la mobilité 2022 entend dresser un bilan complet de la mobilité électrifiée au sein de l’UE. Et celle-ci continue de gagner en popularité puisque, selon l’enquête, 44 % des personnes interrogées déclarent vouloir acheter une voiture électrique. Un pourcentage qui grimpe à 79 % pour les conducteurs actuels de véhicules électriques dont 8 sur 10 seraient donc prêts à opter, à nouveau, pour un VE. 4 citoyens européens sur 10 continuent de penser que le passage à la mobilité électrique est un moyen pertinent de réduire les émissions. En outre, la moitié des Français et environ 69 % des conducteurs (potentiels) de VE tiennent compte des aspects environnementaux lors de l'achat d'une voiture.

Quant au profil type du détenteur de VE, il serait principalement masculin et appartenant à une catégorie sociale aisée. Toutefois, la France et l’Allemagne tendraient vers plus de parité en comptant respectivement 40 % et 43 % de conductrices de VE. La grande majorité des conducteurs de véhicules électriques sont également propriétaires de leur voiture électrique. En France, ce sont même 95 % des 111 conducteurs tricolores de VE qui possèdent le leur. Un véhicule électrifié qu’ils rechargent en priorité à la maison (65 %), sur leur lieu de travail (33 %), dans les supermarchés (28 %) et sur les places de stationnement publiques et commerciales (26 %).

Conduire une voiture de fonction électrique plaît !

En seulement deux ans, l’avis général de la population vis-à-vis du fait que les entreprises devraient offrir (ou offrent déjà) une voiture électrique à leurs employés a beaucoup évolué, passant de 20 % d’approbation en 2020 à 57 % aujourd’hui. Un taux atteignant près de 3 personnes sur 4 auprès des conducteurs potentiels et actuels de véhicules électriques (respectivement 73 % et 71 %) et même plus de 4 conducteurs de véhicules électriques sur 5 au Royaume-Uni. Outre-Manche, proposer des voitures électriques à usage professionnel rendrait d’ailleurs un futur employeur plus attractif pour 7 conducteurs de VE sur 10.

Cette offre doit cependant s’accompagner d’une aide financière de l’entreprise pour couvrir les frais de recharge du véhicule. Une opinion partagée pour 60 à 70 % de la population totale sondée par le baromètre EVBox. Chez nos voisins britanniques plus de 7 personnes interrogées sur 10 s'attendent à ce que leur employeur prenne en charge les coûts de recharge des voitures électriques professionnelles sur le lieu de travail. Peut-être parce que seuls 32 % des conducteurs de véhicules électriques indiquent qu'il existe un nombre suffisant de bornes de recharge sur les sites pros. En revanche, la couverture des frais de recharge du VE de fonction à domicile plutôt qu'au bureau par l’employeur semble moins nécessaire pour les sondés (environ 50 %).

La recharge, encore et toujours l’enjeu de l’électromobilité

Si le passage à la mobilité électrique apparaît comme une éventualité de plus en plus crédible pour les citoyens européens, la problématique de l’infrastructure de recharge demeure prégnante. Ainsi, environ 4 conducteurs de véhicules électriques sur 10 estiment que le maillage de points de charge du pays où ils vivent n'est pas adapté aux voitures électriques. Pour la population française, c’est aussi le temps de charge qui inquiète pour plus de 40 % des sondés (environ + 10 % en deux ans). Pour accéder à la recharge rapide, près de la moitié des conducteurs de VE, potentiels ou non, sont d’ailleurs prêts à payer davantage. De l’avis général, celle-ci inciterait aussi les conducteurs à envisager plus sereinement l’achat d’un VE.

Pour autant, le baromètre EVBox/Ipsos démontre qu’environ 40 % des conducteurs de véhicules électriques ne rencontrent aucune difficulté sur le terrain lors de la recharge. Alors, les craintes énoncées seraient-elles dues à un manque d’information du public ? Possible quand on constate que moins de la moitié des conducteurs potentiels de véhicules électriques de presque tous les pays (48 %) ne savent pas où acheter une borne de recharge s'ils en avaient besoin. Parallèlement, chez l’ensemble des conducteurs français, la croyance selon laquelle le coût de la recharge est plus élevé que celui du plein d'essence a considérablement diminué avec une baisse de 13 % au global et de 30 % chez les conducteurs de VE. Preuve que la pédagogie concernant la mobilité électrique fait son chemin.

Nous vous recommandons

Véhicules électriques : la France se rapproche (doucement) des 80 000 points de charge

Véhicules électriques : la France se rapproche (doucement) des 80 000 points de charge

Au 30 novembre, l'Hexagone comptait 77 318 points de recharge ouverts au public, ce qui correspond à une évolution de + 51 % de leur nombre en un an, selon le dernier baromètre réalisé par l’Avere-France et le ministère de la...

Ces territoires de France où le covoiturage rencontre du succès

Infographie

Ces territoires de France où le covoiturage rencontre du succès

Réduire l’usage de la voiture : les Français en ont envie !

Etude

Réduire l’usage de la voiture : les Français en ont envie !

Marché flottes : en novembre, les immatriculations ont (enfin) progressé

Marché flottes : en novembre, les immatriculations ont (enfin) progressé

Plus d'articles