Etude

66 % des élus français convaincus par la mobilité autonome

66 % des élus français convaincus par la mobilité autonome

D’après une étude menée par la Macif, presque 1 élu français sur 7 pense que la mobilité autonome serait une bonne chose pour leur territoire. Pourtant, le déploiement de ce type de solution apparaîtrait compliqué pour 77 % d’entre eux.

L’avenir de la mobilité a des contours de plus en plus automatisés. En témoigne la stratégie nationale en matière d’innovations de mobilité durable, actualisée le 18 février dernier sur le site du ministère de la Transition écologique. Parmi les adaptations effectuées, on retrouve notamment l’accent mis sur l’acceptabilité du public envers le véhicule autonome puisque cette adhésion « conditionne son développement » faisait valoir le ministère de la Transition écologique. Mais il n’y a pas seulement le regard des citoyens envers ces technologies de transport sans conducteur qui compte : celui de leurs représentants également !

Il faut dire que les élus locaux sont devenus des acteurs incontournables de la mobilité, les mesures prises par ces derniers devant s’adapter aux dispositions émises par la loi LOM. Interroger ce pan actif et décisionnaire de la population s’avérait donc plus que nécessaire pour la mutuelle d’assurance Macif, à l’origine d’une enquête inédite parue le 15 mars 2022. Réalisée auprès de 1 090 élus locaux, en partenariat avec l'Association des maires ruraux de France (AMRF), celle-ci révèle que la grande majorité des élus sondés voit la mobilité autonome d’un bon œil. Elle serait même une bonne chose pour leur territoire pour 66 % du panel, contre 10 % de réfractaires et 26 % de dubitatifs.

Aussi peu informés que leurs administrés

Néanmoins, toutes les mobilités autonomes ne se valent pas comme en témoignent les 44 % d’élus préférant voir circuler des transports en commun autonome (de type navette) et 38 % se tournant plus vers le transport autonome à la demande (de type robot-taxi) que le véhicule autonome individuel. De leur point de vue (pour 63 %), ces solutions permettraient d’assurer l’accès aux zones d’activité du territoire telles que les zones commerciales ou les sites touristiques. Parallèlement, plus d’1 élu sur 2 envisage l’apport d’une réelle valeur ajoutée pour la livraison de biens et de services grâce à la mobilité autonome. Le tout en réduisant la pollution atmosphérique pour 56 %.

Pourtant, comme la plupart des Français, les élus locaux souffrent d’une méconnaissance vis-à-vis du véhicule autonome. Ainsi, 30 % avouent en avoir déjà croisé un et 9 % seulement sont montés à bord ! Des taux bas pour se faire une idée concrète de cette solution d’avenir qui leur semble, à 77 %, difficile à mettre en place au sein de leurs collectivités, par manque de moyens et d’infrastructures adaptées en particulier. Épris d’un sentiment d’inéligibilité à l’égard de cette innovation, 39 % des élus sondés s’inquiètent aussi de se voir reprocher la destruction d’emplois sur le territoire suite à la mise en place de services de transports autonomes. Heureusement, des contre-exemples et des expérimentations réussies existent comme avec les navettes Navya dans le Val de Drôme ou les Nimfea dans l’Eure.

Nous vous recommandons

Economie : 59 % des Français ont vu leur budget automobile augmenter

Etude

Economie : 59 % des Français ont vu leur budget automobile augmenter

Le contexte économique inflationniste a de lourdes conséquences financières sur les dépenses des Français, notamment en matière de transport. Près de 6 automobilistes sur 10 ont ainsi vu leurs frais s’envoler, une situation forçant...

18/05/2022 | AssuranceEconomie
En Europe, les motorisations diesel ne représentent plus que 17 % des ventes de véhicules neufs

En Europe, les motorisations diesel ne représentent plus que 17 % des ventes de véhicules neufs

Les ventes d’électriques régressent entre mars et avril 2022

Les ventes d’électriques régressent entre mars et avril 2022

Mobilité et incivilité : 8 Français sur 10 l’ont déjà expérimentée

Etude

Mobilité et incivilité : 8 Français sur 10 l’ont déjà expérimentée

Plus d'articles