À Paris, le réseau de vélos en libre partage sature

À Paris, le réseau de vélos en libre partage sature

© Michel Bertolotti / Pixabay

Selon les chiffres avancés par Stéphane Volant, le président de Smovengo, il y aurait seulement 20 000 Vélib disponibles au sein de la métropole parisienne pour 375 000 abonnés. Un différentiel qui se révèle problématique.

Invité de l’émission d’Europe 1 « La France bouge », vendredi 3 juin, le président de Smovengo – opérateur des Vélib en région parisienne –, a confirmé l’attrait des urbains pour la petite reine. Si les ventes de vélos se portent bien, au regard de l’Observatoire du cycle 2022 qui enregistre presque 2,8 millions de vélos neufs commercialisés l’an passé dans l’Hexagone, leur location en « free floating » séduit également. La fréquentation des vélos en libre-service Vélib dans Paris et la petite couronne aurait ainsi connu une augmentation de 27 % depuis le début de l'année, selon Stéphane Volant.

Toutefois, cette performance encourageante pour la mobilité durable en ville a ses inconvénients. La flotte serait en effet insuffisante comparée au nombre de personnes utilisatrices du service Vélib. « On a 20 000 vélos sur le territoire de la métropole et de Paris et nous avons 375 000 abonnés. Donc il est clair que si ne serait-ce que 10 % de ces 375 000 abonnés demandent un vélo le matin entre 7 heures et 9 heures, évidemment ils ne l'auront pas », explicitait Stéphane Volant, président de Smovengo. Un souci de disponibilité auquel s’ajoute une maintenance parfois défaillante. Début mai, le gestionnaire de Vélib a ainsi été condamné à payer une amende de 2 millions d'euros auprès du syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole pour des manquements répétés, notamment des bornes totems défectueuses.

Un engorgement à l’origine des tracas matériels

Pour Stéphane Volant, ce serait d’ailleurs cette disproportion entre l’offre et la demande qui causerait ces nombreux désagréments. Par conséquent, « le défi qui est devant nous, c'est de multiplier le nombre de vélos et de stations par 2, par 3, par 4 », a-t-il admis. Une ambition qui se double d’une volonté d'élargissement du périmètre couvert par Vélib. Pour cause : « Il ne faut pas penser qu'aux cœurs de ville mais aussi penser à des territoires qui sont très très loin de ces mobilités douces et partagées. [Bref], il faut rapprocher ces mobilités de là où habitent les gens », a exposé Stéphane Volant. Une manière, également, de garder une longueur d’avance sur la concurrence Véligo, qui se rapproche pourtant progressivement. Le 9 mai dernier, le service de location de vélos en Île-de-France a en effet passé le cap des 50 000 abonnés, un chiffre doublé en un an.

Nous vous recommandons

Avec Karhoo (Mobilize), le groupe Accor enrichit en solutions de mobilité son programme de fidélité ALL

Avec Karhoo (Mobilize), le groupe Accor enrichit en solutions de mobilité son programme de fidélité ALL

Le groupe Accor vient d'ajouter de nouveaux services pour les membres de son programmede fidélité. Ces derniers ont désormais accès à la réservation de taxis et de VTC en partenariat avec Karhoo.Le programme de fidélité du groupe...

01/07/2022 | MobilizeApplication
Automobile : tout ce qui va changer à partir du 1er juillet

Automobile : tout ce qui va changer à partir du 1er juillet

Les 27 États membres de l'Union européenne approuvent la fin des véhicules thermiques en 2035

Les 27 États membres de l'Union européenne approuvent la fin des véhicules thermiques en 2035

Volta Trucks à l’épreuve des évaluations clients

Volta Trucks à l’épreuve des évaluations clients

Plus d'articles