Aides au déploiement des bornes de recharge : un dispositif décalé des besoins pour la FNA

Aides au déploiement des bornes de recharge : un dispositif décalé des besoins pour la FNA

L’organisation professionnelle regrette que seules les bornes à très haute puissance soient éligibles au détriment d’installations de recharge beaucoup plus accessibles.

Alors que le gouvernement vient de débloquer une aide de 10 millions d’euros pour aider les stations-service à s’équiper en bornes de recharge, la FNA parle d’un accompagnement déconnecté des réalités et des contraintes des entreprises. La fédération regrette que tant de moyens soient déployés pour une seule énergie. 

Fin novembre, le gouvernement a annoncé la création d’une enveloppe de 10 millions d’euros pour aider les stations-service indépendantes à déployer des bornes de recharge pour véhicules électriques avec l’ambition de moderniser ces entreprises en proposant un financement à hauteur de 60 à 70 % du coût de l’installation, selon la puissance des bornes installées*.

Pour la FNA, ce dispositif d’aide, bien que bienvenu, ne répond que très partiellement aux besoins car « surdimensionné et inadapté aux problématiques du terrain ». L’organisation professionnelle regrette que seules les bornes à très haute puissance soient éligibles au détriment d’installations de recharge beaucoup plus accessibles. « Les devis d’installation pour ces équipements avoisinent plusieurs dizaines de milliers d’euros, financièrement inaccessibles pour ses artisans, malgré l’aide proposée », indique-t-elle.

Alors que les pompistes viennent de traverser une période difficile avec la crise des carburants, la fédération des artisans de l’automobile misait davantage sur une aide plus alignée sur les besoins urgents, pouvant accompagner les distributeurs vers la diversification des carburants (E85, SP95 E10, le GPL, etc.), la mise en place de pompes en libre-service 24h/24, le maintien aux normes environnementales et bancaires, mais aussi vers le déploiement de services complémentaires.

« Dans ma commune, comme dans beaucoup d’autres, des bornes sont déjà installées avec des financements publics et les propriétaires de véhicules électriques en sont équipés à leur domicile. En revanche, la demande en carburant alternatif E85 explose et je n’ai pas les moyens financiers d’investir dans une nouvelle cuve », regrette Jacques Vaysse, président national de la branche carburant à la FNA, qui reste mobilisée auprès des ministères pour l’activation d’un fonds dédié aux stations traditionnelles, qui devront répondre aux besoins du parc qui sera encore majoritairement thermique dans les quinze prochaines années.

Le dispositif concerne les entreprises distribuant moins de 2 500 m3 de carburant par an et situées dans une commune de densité intermédiaire ou rurale. En outre, leurs exploitants doivent être propriétaires de leur fonds de commerce. Les installations éligibles doivent être d’une puissance cumulée minimale de 48 kW en courant continu. L'aide est de 70 % des dépenses éligibles avec un plafond de 45 000 euros HT pour une puissance cumulée inférieure à 75 kW ou 60 % avec un plafond à 60 000 euros HT pour une puissance cumulée supérieure ou égale à 75 kW.

Nous vous recommandons

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

Dans le cadre d’une tribune à destination des experts en automobile, François Mondello appelle la profession à exercer de manière durable et responsable... à la demande des assureurs.Dans le cadre de la présentation de ses vœux à...

03/02/2023 | Expertise
Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Wessels+Müller arrive en Italie

Wessels+Müller arrive en Italie

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Plus d'articles