Après les particules, PSA s'occupe des NOx

Jean-Marc Gervasio

Sujets relatifs :

Après les particules, PSA s'occupe des NOx

Après les particules, PSA s'occupe des NOx


En termes de lutte contre la pollution et les effets de serre qui continuent sans relâche de menacer notre planète les constructeurs automobiles, sous la pression des pouvoirs publics, multiplient les systèmes pour tenter de minimiser l’effet néfaste, de ce point de vue, de l’automobile. Aujourd’hui, pour répondre aux détracteurs du moteur Diesel et des émissions dont il serait responsable, le groupe PSA Peugeot Citroën présente et démontre ses nouvelles avancées. Après la chasse aux particules d’échappement, sujet que maîtrise dorénavant parfaitement le constructeur, c’est au tour des oxydes d’azote (NOx), également particulièrement dangereux pour l’homme, d’être passé au crible du spécialiste mondiale du moteur Diesel. Alors que les teneurs de fond en NOx et en NO2 ont fortement baissé depuis les années 1990, la teneur en NO2, elle, à proximité du trafic, est restée constante. En cause, l’amélioration de l’efficacité des catalyseurs d’oxydation et l’arrivée de certaines technologies de FAP catalysés. C’est pourquoi de nouvelles technologies de réduction des oxydes d’azote sont en cours de développement comme celle que présente aujourd’hui PSA. La technologie SCR « Selective Catalytic Reduction », que le groupe PSA va lancer courant 2013, avant de la généraliser à l’ensemble de sa gamme Diesel à partir de 2014, ramènera les émissions de NOx des véhicules Diesel (norme Euro 6 : 80 mg/km) au niveau de celles des véhicules essence, tout en offrant au client une réduction de la consommation non négligeable de l’ordre de 2 à 4%.
Baptisé par le français « Blue HDi », ce dispositif de dépollution, qui puise son efficacité dans l’utilisation d’un additif spécifique à base d’urée (AD Blue), est centralisé à la base de la ligne d’échappement.
Le système d’échappement du véhicule se voit ainsi greffer d’un catalyseur d’oxydation dont le rôle est l’élimination du gaz carbonique (CO) et des hydrocarbures (HC), d’un filtre SCR imprégné d’une phase active (par l’injection d’AD Blue), dont le rôle est de réduire les oxydes d’azote (NOx), et enfin d’un filtre à particule (FAP) additivé dont l’efficacité atteint plus de 99,9%.
Dans le but de réduire les coûts de la mise en place d’un tel dispositif, le constructeur s’est appliqué à « normaliser » et « standardiser » au maximum sa conception et sa réalisation. Ainsi, cette technologie pourra s’implanter à moyen terme sur l’ensemble des véhicules des deux marques, sans adaptation et/ou modification lourde et onéreuse.

Nous vous recommandons

Eléphant bleu soigne son savon

Eléphant bleu soigne son savon

La célèbre enseigne de lavage, principalement au service du grand public revendique l’utilisation de savons biodégradables conçus pour ses équipements et dans le strict respect de ses prestations de lavage...

À l’Autorité de la concurrence d'examiner le rachat par Michelin d’Allopneus

Internet

À l’Autorité de la concurrence d'examiner le rachat par Michelin d’Allopneus

Rétromobile revient du 2 au 6 février 2022

Rétromobile revient du 2 au 6 février 2022

L’ « indemnité inflation » aidera-t-elle vraiment à supporter la hausse du carburant ?

L’ « indemnité inflation » aidera-t-elle vraiment à supporter la hausse du carburant ?

Plus d'articles