« Attendons-nous à payer les véhicules plus chers en 2022 »

Leslie Auzèmery
« Attendons-nous à payer les véhicules plus chers en 2022 »

Le marché, a minima sur le premier semestre, voire sur l’ensemble de l’année, va coûter beaucoup plus cher.

© / D.R.

Face aux différentes pénuries de matières premières, notamment celle de semi-conducteurs, qui pénalisent l’industrie automobile, le marché se modifie. Jusque-là toujours plus importante, l’offre est devenue inférieure à la demande et les constructeurs en profitent pour reprendre la main sur leurs conditions commerciales.

La pénurie de composants électroniques, qui pénalise le marché automobile depuis 2020, commence à peser lourd sur le budget des flottes automobiles. Obligés de passer par la prolongation des contrats LLD auprès des loueurs - « ce qui n’est jamais dans l’intérêt du client » selon Yann Guillaud, consultant en gestion de flotte pour le cabinet Euklead – ou d’opter pour des services supplémentaires comme la réaffectation de véhicules, les parcs d’entreprise sont affecté par un deuxième phénomène plus récent impact. « On se retrouve désormais dans un marché où la tendance s’est inversée : l’offre est devenue inférieure à la demande, analyse notre expert. Par voie de conséquence, certains constructeurs ont décidé de reprendre en main leurs conditions commerciales et de procéder à des rééquilibrages en termes de remises. Attendons-nous donc à payer les véhicules plus chers en 2022, et ce peu importe leur motorisation. »

5 % de perdu

Pour Yann Guillaud, les entreprises doivent s’y attendre, anticiper et provisionner l’impact que cette tendance aura sur le budget de leur flotte. Il poursuit : « après que Renault et Stellantis ait décidé unilatéralement de ne plus prendre de commandes aux conditions négociées pour 2021, de nouvelles remises ont été communiquées en décembre dernier. En première intention, nous avions perdu 5 % en moyenne, ce qui se répercute directement sur le loyer puisque le loueur ne peut pas les absorber. Malheureusement, les cartes sont rebattues en ce début d’année et si toutes les conditions n’ont pas encore été communiquées, il faut s’attendre à un nouvel alignement pour 2022 avec de nouvelles remises en baisse et des tarifs en augmentation. » Cette situation, une première en 30 ans de carrière pour notre expert, préfigure donc d’une année 2022 difficile. Le marché, a minima sur le premier semestre, voire sur l’ensemble de l’année, va coûter beaucoup plus cher.

Communiquer et trouver des alternatives

Pour tenter de passer cette période sans trop d’encombre, Yann Guillaud recommande de communiquer en toute transparence tant avec ses conducteurs, quand les délais de livraison se rallongent, qu’avec sa hiérarchie pour la partie budgétaire. « Il y a aussi toujours la possibilité de s’appuyer sur un constructeur qui ne sera pas dans une logique de marge mais une logique de pénétration, ajoute le consultant. La question de l’évolution du catalogue n’est pas illogique en faisant attention de ne pas le déprécier en termes de qualité. » Enfin, la situation connue au niveau de la production incite les gestionnaires de flotte à être plus souples et moins exigeants. « Pour l’instant, ce n’est plus le client qui va faire sa loi chez le constructeur. Les exigences que l’on pouvait avoir à un moment donné, il est désormais nécessaire de faire sans. Surtout ne nous affolons pas, trouvons des alternatives à la marge et surtout anticipons », conclut notre expert.

Nous vous recommandons

LeasePlan met le cap sur la location moyenne durée

LeasePlan met le cap sur la location moyenne durée

Le spécialiste de la location longue durée diversifie toujours plus son offre de services en lançant, notamment, une solution de location moyenne durée. Une flexibilité et un élargissement de ses champs d’actions en vue de son...

L'œil de l'expert : « L’incertitude sur les valeurs résiduelles »

Tribune

L'œil de l'expert : « L’incertitude sur les valeurs résiduelles »

Ford Fleet Management ouvre ses portes en France

Ford Fleet Management ouvre ses portes en France

C2A part à la conquête de l’Italie

C2A part à la conquête de l’Italie

Plus d'articles