Au tour de Magna de se lancer dans les mobilités douces

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Au tour de Magna de se lancer dans les mobilités douces

En investissant dans Yulu, Magna compte tirer profit de la croissance annoncée de la micromobilité.

© Magna International

Notamment réputé pour ses Adas, l’équipementier canadien Magna amorce aussi une diversification vers les mobilités douces. Cette orientation stratégique se traduit par un investissement de 77 millions de dollars dans Yulu, un opérateur indien de nouvelles mobilités.

L’équipementier automobile Magna International a décidé de se diversifier dans les nouvelles mobilités. Signe des temps et d’un changement de centre de gravité dans l’industrie automobile, cette opération passe par un investissement de 77 millions de dollars dans l’entreprise indienne Yulu, basée à Bangalore. Spécialiste de solutions de micromobilité, Yulu exploite d’ores et déjà 10 000 deux-roues électriques urbains, notamment à Bangalore, Delhi et Mumbai. Magna occupera donc un siège au conseil d’administration de Yulu. Notons que le tour de table organisé par Yulu comprend aussi le constructeur indien Bajaj Auto, réputé pour ses véhicules deux et trois roues.

La micromobilité, un marché en forte croissance

« La micromobilité présente une excellente opportunité de croissance supplémentaire pour Magna, et s’associer à Yulu va nous aider à développer nos activités dans ce secteur en croissance rapide », déclare Matteo Del Sorbo, vice-président exécutif et responsable mondial de la nouvelle mobilité de Magna International. Dans un avenir proche, Yulu compte s’implanter dans quinze nouvelles villes et Magna indique que les solutions du groupe ont des perspectives au-delà du seul marché indien.

L’option du changement des batteries

En outre, l’accord prévoit le développement d’un système intelligent de changement des batteries (swap) qui existe déjà sous le nom de Yulu Energy.

Cette diversification de Magna, spécialisée dans les pièces, la propulsion électrique et les Adas, n’est pas sans rappeler celle de Bosch et de Valeo.

Nous vous recommandons

L’industrie automobile demande à l’Europe d’accepter les carburants propres après 2035

L’industrie automobile demande à l’Europe d’accepter les carburants propres après 2035

Dans un courrier commun, les constructeurs automobiles, les équipementiers et les compagnies pétrolières demandent à l’Union européenne d’accepter les carburants non fossiles, renouvelables et synthétiques après 2035. Le...

Alfa Romeo France débute le Tonale Tour

Alfa Romeo France débute le Tonale Tour

Citroën recharge Ami sur les lampadaires londoniens avec Ubitricity

Citroën recharge Ami sur les lampadaires londoniens avec Ubitricity

Thierry Plantegenest (Renault VU) : « Le Renault Trafic E-Tech vise les pros en périphérie »

Vidéo

Thierry Plantegenest (Renault VU) : « Le Renault Trafic E-Tech vise les pros en périphérie »

Plus d'articles