Automobile : tout ce qui va changer à partir du 1er juillet

Automobile : tout ce qui va changer à partir du 1er juillet

© Adobe Stock

En termes de réglementations, il y a trois dates clé qui rythment le quotidien de la population française : le 1er janvier, le 1er mars et… le 1er juillet. Alors que les vacances d’été approchent et que les Français vont bientôt prendre la route des départs, on fait le point sur les nouvelles mesures qui concernent le monde automobile en ce vendredi 1er juillet 2022.

Dans une période trouble pour le pouvoir d’achat, le début du mois de juillet apporte son lot de changements impactant pour la vie quotidienne des conducteurs et usagers tricolores. Et il y a de bonnes nouvelles pour la sécurité routière comme des dispositifs dommageables pour le porte-monnaie.

Boîtes noires obligatoires

Depuis ce vendredi 1er juillet 2022, toutes les voitures neuves devront être équipées de boîtes noires, installées directement en usine. Enregistrant de nombreuses données (vitesse, port de la ceinture de sécurité ou non, force du freinage, etc.) 30 secondes avant un accident et 10 secondes après, ces boîtes noires embarquées assureront une meilleure compréhension des incidents survenus – comme c’est le cas dans les avions. Aidant les assurances à déterminer les responsabilités de chacun, ces éléments ne pourront toutefois être consultés que par les autorités judiciaires, les enquêteurs et les instituts de recherche.

Nouvelle homologation pour les casques de deux-roues

Une nouvelle homologation européenne pour les caques des deux-roues entre en vigueur dès le mois de juillet 2022 : la « ECE 22.06 ». L’ancienne norme, qui datait de 2007, ne correspondait en effet plus aux usages actuels et aux crash-tests toujours plus exigeants. Les nouveaux casques seront donc soumis à davantage d’essais et devront ainsi passer un examen plus poussé, passant de 6 points d’impact vérifiés à 18. Pour autant, si vous possédez un casque de moto homologué avec la norme actuelle, aucune obligation d’en acheter un autre plus récent. Seule la vente des casques ne répondant pas à la « ECE 22.06 » sera interdite, et ce à partir du 1er janvier 2024.

Stationnement deux-roues payant

C’est vrai, à trois jours près on triche un peu mais, depuis le lundi 27 juin 2022, les Parisiens propriétaires d’un deux-roues peuvent souscrire à un abonnement de stationnement sur une plateforme mise en ligne à cet effet. Pour cause : à la rentrée prochaine, les deux-roues motorisés thermiques devront payer pour se garer dans la capitale tandis que la gratuité continuera à s’appliquer pour les engins électriques. Une mesure qu’il vaut mieux anticiper dès à présent pour éviter de débuter l’année scolaire avec une contravention ou l’enlèvement de son véhicule…

Grenoble, Lyon et Rouen passent en mode ZFE

Le 1er juillet 2022 s’inscrira également comme une date cruciale dans la mise en place des zones à faibles émissions pour un certain nombre de villes françaises. Si, pour Paris, un report de l'interdiction de circulation des véhicules Crit'Air 3 a été décidé pour janvier 2023, Grenoble, Lyon ou encore Rouen n’ont pas bénéficié de ce sursis. Ainsi, sur le territoire de Grenoble Alpes Métropole, ce sont les véhicules utilitaires et poids lourds Crit'Air 3 qui seront interdits de rouler dans un périmètre défini de 27 communes. Concernant le Grand Lyon, seront ciblés les véhicules particuliers Crit'Air 5, en plus de l'interdiction des VUL et PL Crit'Air 3 déjà en vigueur. Pour la ZFE de Rouen-Normandie, enfin, l'ensemble des véhicules particuliers Crit'Air 4 et 5 ne devaient plus avoir droit de passage au 1er juillet prochain.

Elle devait avoir lieu… mais non

La baisse du bonus écologique

Initialement, le 1er juillet devait entériner un nouveau coup de rabot sur le bonus écologique. Plafonné à 6 000 euros si le véhicule électrique acheté n’excède pas les 45 000 euros, le bonus devait tomber à 5 000 euros et même 1 000 euros pour les VN dont le prix était compris entre 45 et 60 000 euros. Toutefois, mercredi 29 juin, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé une prolongation exceptionnelle de cette aide incitant à l’achat de VE. « Nous avons une grande ambition qui est d'accélérer la transition du véhicule thermique vers le véhicule électrique » et « il faut accompagner nos compatriotes », a-t-il reconnu. Un revirement de dernière minute qui exclut cependant les véhicules hybrides rechargeables, largement décriés ces derniers temps. Le décret à venir acterait donc tout bonnement la suppression de la subvention pour ce type de motorisation.

Nous vous recommandons

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Légalement autorisée depuis mars 2020, la pratique du rétrofit - c'est-à-dire la transformation d'un véhicule thermique en véhicule électrique - commence à séduire entreprises comme collectivités. Retours d'expérience avec...

Stationnement : Indigo accélère son déploiement de parkings vélos sécurisés

Stationnement : Indigo accélère son déploiement de parkings vélos sécurisés

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

VelyVelo imagine un véhicule hybride, entre vélo et scooter, pour la livraison du dernier kilomètre

VelyVelo imagine un véhicule hybride, entre vélo et scooter, pour la livraison du dernier kilomètre

Plus d'articles