Avec Caetanobus, Toyota prend date sur le marché européen des bus à hydrogène

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avec Caetanobus, Toyota prend date sur le marché européen des bus à hydrogène

Avec Caetano, Toyota compte capter des parts de marché de bus propres, notamment via la technologie PAC hydrogène.

© Toyota

Le partenariat entre Toyota et Caetanobus se renforce logiquement depuis la prise de participation de TCAP dans le groupe en 2021. Les objectifs de Toyota Europe se focalisent sur quelques pays, dont la France.

En marge de la présentation de ses très bons résultats en France en 2022, Franck Marotte, président-directeur général de Toyota France, a tenu à mettre en avant l’activité qui se développe avec Caetanobus. Fondé en 1946 et basé à proximité de Porto, au Portugal, le groupe Salvatore Caetano opère dans 41 pays et réalise 70 % de son chiffre d’affaires à l’export. En 2019, le groupe avait livré 657 bus pour un chiffre d’affaires tutoyant les 100 millions d’euros. Si la crise sanitaire a naturellement eu un fort impact sur les ventes, Caetanobus a accueilli Toyota Europe à son capital en 2021. Les véhicules produits depuis portent le double marquage Caetanobus/Toyota.

L’Allemagne donne pour l’heure le tempo en Europe

De passage à Paris, Patricia Vasconcelos, directrice générale du groupe portugais, a présenté le portefeuille du groupe, les bus City Gold, e-City Gold et surtout, H2 City Gold. « Nous avons déjà enregistré plus de 80 commandes fermes pour notre bus à hydrogène, le H2 City Gold. Le premier marché est l’Allemagne, avec 72 exemplaires, et suivent l’Espagne, notamment à Barcelone et Madrid, la France, le Portugal et le Danemark », détaille-t-elle en évoquant aussi une activité en Arabie Saoudite et en Australie. « Ce sont les infrastructures d’avitaillement qui dictent le rythme de développement de ce marché des bus à hydrogène », précise encore Frank Marotte.

Multiplication des appels d’offres pour les bus propres

La livraison d’un bus, adossé à un catalyseur d’hydrogène, est programmée le 18 janvier 2023 à La Roche-sur-Yon, en Vendée. « Ce fonctionnement en écosystème est nécessaire pour être compétitif et pour s’assurer que l’hydrogène produit est consommé », pointent de concert Frank Marotte et Patricia Vasconcelos. Les Sables-d’Olonne sont aussi dans cette logique. En outre, de nombreux appels d’offres sont en cours et les négociations vont bon train autour du rétrofit des anciens véhicules diesels. « Le bus H2 City Gold fait valoir une autonomie de 400 km, on a même constaté de meilleures performances à l’usage, et son avitaillement s’opère en moins de dix minutes », met en avant Michel Albrand, responsable des ventes en France. Le véhicule bénéficie de l’expérience du groupe Caetano, des piles à combustible de dernière génération de Toyota, mais aussi d’accords solides conclus avec Siemens (moteur) ou encore Hexagon (réservoirs et système H2).

Bus propres : la Commission européenne de nouveau face à la menace chinoise

Il convient de rappeler que la Commission européenne veut que les bus, notamment ceux exploités dans les villes, soient zéro émission en 2030, se calant peu ou prou sur la décision de l’État de Californie aux États-Unis (2029). Certaines voix militent pour que la date de 2030 soit encore revue, 2027 étant avancée par plusieurs lobbyistes. Le problème que rencontrent les instances européennes réside dans le fait que les constructeurs de bus chinois ont une part de marché importante pour les bus propres en Europe, environ 30 %. On pense, par exemple, à Yutong (France, Slovaquie Danemark…) ou BYD (France, Espagne, Hongrie, Pays-Bas, Finlande…). Daimler, Volvo Trucks ou encore MAN sont notamment engagés dans la production de véhicules lourds propres, mais comme l’a récemment rappelé Martin Lundstedt (Volvo, ACEA) à Tim Timmermans (CE), des dates d’interdiction du thermique trop ambitieuses ou des interdictions à 100 % risquent de ne pas pouvoir être respectées. Selon certaines sources proches de la Commission, la décision calendaire pour les véhicules lourds, incluant aussi les bus, pourrait intervenir le 14 février 2023.

A lire aussi : Toyota domine une nouvelle fois le Dakar en 2023

Nous vous recommandons

Paccar enregistre des bénéfices records

Paccar enregistre des bénéfices records

La société mère de DAF annonce des revenus et un bénéfice net record en 2022.La vente des nouveaux modèles DAF, Peterbilt et Kenworth, permet à Paccar de dresser un très bon bilan de l'année 2022, avec au total la livraison de 185...

26/01/2023 | DAF Trucks
Imbroglio autour du B100 et de la vignette Crit’Air 1

Imbroglio autour du B100 et de la vignette Crit’Air 1

Allison Transmission noue un partenariat avec Nikola pour le test de véhicules électriques

Allison Transmission noue un partenariat avec Nikola pour le test de véhicules électriques

La FNTR s’active sur le sujet de la santé au travail

La FNTR s’active sur le sujet de la santé au travail

Plus d'articles