« Avec Citroën My Ami Buggy, nous explorons de nouveaux territoires sans les contraintes réglementaires »

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Avec Citroën My Ami Buggy, nous explorons de nouveaux territoires sans les contraintes réglementaires »

Le quadricycle électrique de la marque aux chevrons est un véritable caméléon.

© Citroën

Samuel Pericles, designer extérieur, et Jorge Diaz, designer couleurs et matières, nous parlent du concept My Ami Buggy qui fait souffler un vent de liberté estivale en plein hiver. Dans une veine ludique, entre une Lara Croft qui aurait remisé son pistolet automatique et un Tintin au Congo des temps modernes.

Auto Infos : Quels étaient les principaux objectifs de ce projet qui rompt avec le travail traditionnel sous la pression de la série ?

Samuel Pericles et Jorge Diaz : C’est effectivement en marge de ce que nous faisons d’habitude et cela se prête à l’Ami, qui n’est pas véritablement une voiture. L’unité Prolab Style de Citroën, qui réunit une toute petite équipe, est propice à ce type de projets. Dans ce cadre, nous sommes plus orientés vers le design produit que le design automobile à proprement parler. Dès lors, avec My Ami Buggy, nous avons exploré de nouveaux territoires sans les contraintes réglementaires en nous focalisant sur les possibilités de personnalisation et le développement d’accessoires. Nous avons aussi travaillé sur le confort, qui n’est pas le point fort de l’Ami, comme le font remonter les clients, et l’assise est beaucoup plus épaisse et agréable.

AI : La modularité était-elle aussi au programme ?

SP & JD : Effectivement, mais dans la perspective d’un véhicule dédié aux loisirs, à l’outdoor. Par exemple, les portes disparaissent, mais la partie inférieure est retravaillée pour proposer des rangements escamotables et astucieux. Avec le positionnement de la fermeture éclair, le sac est aussi une boîte à gants quand il est sur la voiture. Un sac banane vient se nicher dans le volant et un autre sac matelot est placé sous la planche de bord. Il y a une vraie dimension ludique, mais c’est aussi un exercice sérieux d’intégration de fonctions.

AI : La charte graphique et la palette chromatique du buggy ont aussi fait l’objet d’un soin particulier. Qu’est-ce qui a motivé vos choix ?

SP & JD : Avec le jeu sur les stickers et certains symboles, l’objectif est de donner un côté baroudeur à la petite Ami. Le motif des pneus, très crantés, va aussi dans ce sens, encore renforcé par la roue de secours positionnée sur le pavillon sans oublier la barre lumineuse. Au niveau des couleurs, nous avons aussi repris le kaki dans cet esprit, et il vient dialoguer avec plusieurs nuances de noir et un jaune vif, baptisé « Citric yellow ». Les couleurs véhiculent le dynamisme du concept, tandis que l’utilisation des chevrons, jusque dans certains détails, l’ancre dans l’univers de marque Citroën. En outre, nous avons développé des matériaux et des tissus très résistants aux salissures. Vous pouvez nettoyer My Ami Buggy à grandes eaux sans risque.

AI : Plusieurs éléments de My Ami Buggy sont issus de l’impression 3D, était-ce dans le cahier des charges initial ?

SP & JD : Comme nous l’indiquions en préambule, les objets issus de l’impression 3D sont souvent éloignés du secteur automobile et nous avons voulu utiliser le concept comme un laboratoire, afin d’explorer de nouveaux procédés de fabrication. Amovibles, les rétroviseurs extérieurs en sont une parfaite illustration : le support est réalisé en une seule pièce, mais l’élasticité de la matière permet d’y intégrer un mécanisme. Un autre accessoire qui accueille un appareil photos peut se clipper à différents endroits du véhicule. Nous sommes dans le fil d’une technologie d’avenir, à moindre coût, et permettant aussi une personnalisation extrême.

AI : My Ami Buggy reste électrique, quelles sont ses autres aspérités avec les enjeux du développement durable ?

SP & JD : Outre son GMP électrique, on peut rappeler que l’Ami utilise à 80 % du plastique monobloc totalement recyclable. En outre, avec l’impression 3D, on annule tous les outillages lourds liés à la production classique, sachant que la poudre est recyclable et réutilisable.

Nous vous recommandons

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

Le grand SUV 100 % électrique du constructeur premium allemand est désormais disponible à la commande. Ses premières livraisons sont annoncées pour le mois de décembre.La gamme électrifiée EQ de Mercedes-Benz s’agrandit encore. Un...

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

Cupra élargit la gamme de motorisations de la Leon

Cupra élargit la gamme de motorisations de la Leon

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

Plus d'articles