Etude

Avec la crise, les actifs reconsidèrent leurs déplacements

Avec la crise, les actifs reconsidèrent leurs déplacements

Alphabet et l’Ifop ont enregistré une motivation économique chez 54 % des usagers des transports en commun.

La voiture reste reine pour les trajets professionnels ou domicile-travail mais les préoccupations écologiques et surtout économiques poussent à se déplacer autrement. Une tendance que relève l’édition 2022 du baromètre « Mobilité & entreprises » réalisé par Alphabet avec l’institut Ifop.

Sur 1 003 actifs qui ont été interrogés dans le cadre de ce baromètre, les trois quarts s’en remettent à la voiture pour aller travailler. Une proportion stable mais qui n’exclut pas des changements d’habitudes comme en témoignent 35 % des sondés qui ont eu recours aux modes « doux » en 2022 (contre 33 % en 2021). De la trottinette au vélo en passant par la marche à pied, tous les moyens de déplacement non motorisés gagnent du terrain. Même si l’implantation géographique des salariés pèse dans la balance : 73 % des utilisateurs de trottinettes se concentrent dans les grandes agglomérations, de même que 57 à 61 % des « vélotaffeurs » (sans ou avec assistance électrique).

L’envolée du prix des carburants soutient cet engouement. Alphabet et l’Ifop ont enregistré une motivation économique chez 54 % des usagers des transports en commun et chez 45 % des utilisateurs de modes « doux » (40 % pour les modes électriques). Cette préoccupation va de pair, mais dans une moindre mesure, avec des préoccupations environnementales exprimées par 44 % des usagers des transports en commun, des modes doux et par 27 à 29 % de ceux qui roulent sur deux, trois ou quatre roues, en électrique. Là encore des inégalités persistent, notamment pour 45 % des actifs qui déclarent n’avoir pas le choix de leur mode de déplacement.

Des attentes à l’égard des entreprises

Dans ce contexte, l’action des entreprises est appréciée. Parmi les 59 % d’actifs interrogés, bénéficiant d’un service ou d’une solution de mobilité de la part de leur employeur, 52 % y voient une source d’économies financières (contre 43 % en 2021). Ils apprécient également un gain en confort et en bien-être (32 %), une diminution de leurs temps de trajet (24 %), tout en ressentant moins de stress (22 %). Des avantages non-négligeables puisque 72 % des sondés considèrent tout déplacement lié à leur activité professionnelle comme une perte de temps avec un impact négatif sur leur qualité de vie au travail.

Le recours à d’autres formes de mobilité, déjà adopté par 32 % des actifs interrogés par Alphabet et l’Ifop, n’est pas un statu quo. 85 % des salariés souhaitent au moins une évolution concernant leurs trajets professionnels pour que ceux-ci deviennent plus économiques, bien sûr, mais aussi plus écologiques (41%), plus rapides (34 %), et moins fréquents (26 %). C’est donc toute une réorganisation du travail et de ses mobilités qui attend les entreprises. Du moins celles soucieuses d’accompagner ce mouvement parmi de leurs salariés.

Nous vous recommandons

Marché flottes : des milliers de véhicules d'entreprise mis à la route en janvier 2023

Marché flottes : des milliers de véhicules d'entreprise mis à la route en janvier 2023

Au cours du premier mois de l'année, plus de 50 000 véhicules neufs ont d'ores et déjà rejoint les flottes d'entreprise françaises.Le mois de janvier étant terminé, place à un point de marché. Au cours du premier mois de l’année,...

Les ventes de véhicules utilitaires en recul de 15 % en Europe en 2022

Les ventes de véhicules utilitaires en recul de 15 % en Europe en 2022

En 2022, le bilan de la sécurité routière s’enfonce dans le rouge

En 2022, le bilan de la sécurité routière s’enfonce dans le rouge

Découvrez les voitures les plus vendues dans le monde en 2022

Découvrez les voitures les plus vendues dans le monde en 2022

Plus d'articles