Bosch investit fortement dans l'hydrogène

Alexandre Guillet
Bosch investit fortement dans l'hydrogène

Bosch investit fortement dans l'hydrogène

D’ici 2024, le premier équipementier mondial Bosch va investir 1 milliard d’euros dans l’hydrogène, alternative aux batteries électriques notamment dans les camions. Aux yeux du président Volkmar Denner, « sans l’hydrogène, l’Europe n’atteindra pas la neutralité climatique ».

Bosch va donc investir 1 milliard d’euros dans les technologies à hydrogène, donnant ainsi une sérieuse accélération à ses programmes dans ce domaine. Selon Volkmar Denner, président directeur général de Bosch, « si la mobilité électrique s’établit comme cœur de l’activité automobile de Bosch, l’électrification a aussi des limites ».
« Sans hydrogène, l’Europe n’atteint pas la neutralité climatique », a-t-il expliqué lors de la conférence annuelle du groupe. C’est pourquoi Bosch va investir 600 millions d’euros dans les batteries à combustible mobiles pour véhicules et 400 millions dans la fabrication de « mini réacteurs » fixes, qui pourraient fournir de l’électricité en ville ou pour des usines. Une centaine de ces générateurs seront mis en service en 2021, avant une production de masse en série à partir de 2024.

Hydrogène vert : un marché de 40 milliards d’euros en 2030

Selon la direction de Bosch, le marché de l’hydrogène vert devrait atteindre 40 milliards d’euros d’ici 2030, avec une croissance annuelle moyenne de 65% ! Le chiffre d’affaires lié aux voitures électriques devrait être multiplié par cinq d’ici 2025 et l’activité, dans laquelle Bosch investit plus de cinq milliards d’euros, doit devenir profitable dès 2024. Au total, l’équipementier vise une croissance de 6% des ventes en 2021 après une baisse contenue de 6,4%, à 71,5 milliards d’euros en 2020.
Le bénéfice opérationnel a baissé de plus de 40%, à 1,9 milliard d’euros, reflétant l’impact de la pandémie sur le secteur automobile, tandis que les biens de consommation (frigos, machines de cuisine, outils) ont atteint une rentabilité record.

L’ombre portée de la pénurie de puces

Comme toute la filière automobile, le groupe allemand est cependant affecté par la carence mondiale de production de puces. « Dans la production automobile, la reprise prévue pour 2021 est menacée par la pénurie de semi-conducteurs », explique le directeur financier Stefan Asenkerschbaumer, en précisant que la guidance du groupe pourra être révisée si la situation ne se décante pas, étant entendu qu’il ne faut pas « s’attendre à une amélioration de la situation à court terme ».

Nous vous recommandons

Essai - Tesla Model Y : « very good trip »

Essai - Tesla Model Y : « very good trip »

Après les Model S, 3 et X, c’est au tour du model Y d’intégrer la gamme Tesla en Europe. Style original, puissance décoiffante et autonomie conséquente sont au programme. Est-ce assez pour séduire les clients du désormais très...

07/12/2021 | EssaiTesla
Observatoire Cetelem 2022 : les SUV ont le vent en poupe

Etude

Observatoire Cetelem 2022 : les SUV ont le vent en poupe

Contrat d'agent : le Cecra rappelle les constructeurs à leurs obligations contractuelles

Contrat d'agent : le Cecra rappelle les constructeurs à leurs obligations contractuelles

Vroomly se rapproche du monde étudiant et s’associe au Garac

Vroomly se rapproche du monde étudiant et s’associe au Garac

Plus d'articles