Dossier

Business, des finitions en question

Business, des finitions en question

© Opel

Quel avenir pour les versions ou les finitions Business ? Si les marques automobiles présentes sur le marché français sont nombreuses à les maintenir, toutes s’interrogent. Ont-elles encore une véritable attractivité ? 

À la fin des années 1990, la voiture de fonction est devenue un véritable marqueur social et les marques doivent trouver d’autres définitions pour leurs modèles destinés aux entreprises. Ces derniers ont pris de plus en plus d’importance au fil des années au point que le marché des véhicules professionnels joue à égalité avec celui des particuliers, voire arrive à le dépasser dans la crise que traverse l’industrie automobile actuelle. Pour faire la différence, on parle volontiers des attentes de la clientèle professionnelle, mais en réalité ce sont d’abord les spécialistes du marketing qui, en liaison avec les responsables des grands comptes, définissent les versions ou les finitions Business.

C’est ainsi qu’elles intègrent des systèmes d’assistance à la conduite (Adas pour Advanced Driver Assistance Systems) supplémentaires comme, par exemple, une aide au stationnement arrière avec caméra de recul, un détecteur de fatigue du conducteur, une assistance active au maintien de voie, etc. Elles mettent aussi l’accent sur la connectivité avec des écrans multimédia tactiles de grande taille pour faciliter l’accès à l’info-divertissement et à une cartographie plus claire des systèmes de navigation. Ces finitions Business semblent se décliner à l’infini et toutes les marques cherchent à se différencier de la concurrence. « On ne crée pas une finition Business par hasard, explique Olivier Dupont, chef du service ventes aux entreprises chez Volkswagen. Il s’agit pour le constructeur de répondre aux attentes spécifiques des entreprises en termes d’équipements et, dans le même temps, de maximaliser les valeurs de revente au travers de ces équipements. Ce sont alors des finitions à part entière ».

Des gammes communes aux professionnels et aux particuliers

Les temps changent et les finitions Business n’auraient plus la cote. WLTP est passé par là et a sans doute accéléré la mutation à laquelle on assiste. Les gammes ont été revues en profondeur avec pour objectif d’abaisser le poids des produits (émissions de CO2 obligent), mais aussi de réduire les coûts de production et de distribution tout en ne renonçant ni à la qualité des véhicules, ni à leur niveau d’équipements. « Aujourd’hui, chez Volkswagen, tous nos véhicules sont équipés au meilleur niveau et, depuis quelque temps, nous avons ouvert les finitions Business aux particuliers. Nous nous sommes rendu compte que ces finitions atypiques n’étaient plus véritablement un élément positif, que leurs équipements différenciés n’avaient plus d’effet sur les valeurs de reprise et que les véhicules étaient ainsi marginalisés. Or, ce qui compte pour nous, c’est de proposer le bon produit à l’ensemble de nos clients. En réalité, les attentes des particuliers ont rejoint celles des professionnels et il n’y aura bientôt plus de finitions Business chez Volkswagen. Nous travaillons sur de nouvelles définitions produits avec de nouvelles dénominations, mais toujours avec la volonté d’offrir, à tous les types de clientèle, les dernières technologies au prix le plus juste », poursuit Olivier Dupont.

À l’autre bout du spectre, certains constructeurs, convaincus de l’attractivité des finitions Business, continuent et continueront à les mettre à leurs tarifs. Sur cette ligne on trouve, par exemple, l’Allemand BMW. Il y a quelques années, le constructeur bavarois avait pratiquement réduit à une seule et unique appellation les finitions destinées aux ventes aux professionnels – Business Design. Celle-ci reste toujours un incontournable et tout a été calibré pour que, quelle que soit la motorisation (essence, diesel, hybride rechargeable), les Série 1, Série 2, Série 3, Série 4 et Série 5, les X1, X2 et X3 ou encore les Série 5 et X5 – des hauts de gamme très prisés par les professionnels – soient au catalogue dans cette finition. Proposés à des prix attractifs, tous ces modèles se doivent aussi de marquer leurs différences et c’est bien le cas ! Leur design premium est (légèrement) différent des autres produits de la gamme. Ils bénéficient d’une peinture métallisée et sont dotés d’un équipement des plus complets avec, par exemple, le système de navigation avec grand écran et des équipements pour une connectivité optimale. L’avantage client, pour reprendre un terme marketing, peut aller jusqu’à plus de 3 000 euros ! Dans ces conditions, on comprend que la majorité des pros optent donc pour les versions qui leur sont réservées. Et quand on sait que cette clientèle représente 1 vente sur 3, on se demande pourquoi, effectivement, BMW France renoncerait aux finitions Business Design.

Visiblement tous les constructeurs présents sur le marché français mènent une réflexion sur l’avenir des versions ou des finitions destinées au seul marché des entreprises. Quelques-uns les ont déjà abandonnées ou n’en réservent plus l’accès exclusif aux professionnels. Ce qui revient au même. N’est-ce pas le bon moment de s’engager sur cette voie alors que le marché automobile traverse une crise sans précédent et que l’électrification se fait à marche forcée ? Deux autres arguments vont dans ce sens : les exigences des autorités, européennes en particulier, d’une part ; et les conditions émises par Euro NCAP pour obtenir 5 étoiles aux crash-test, d’autre part, obligeant les constructeurs à équiper leurs véhicules à des niveaux de sécurité de plus en plus élevés… répondant ainsi en très grande partie aux attentes exprimées jusqu’ici par les professionnels.

Retrouvez l'intégralité de ce dossier dans le magazine n° 276 de L'Automobile & L'Entreprise

Nous vous recommandons

La flotte du loueur Toosla s’accroît avant l’été

La flotte du loueur Toosla s’accroît avant l’été

Acteur de la location de véhicules courte durée, Toosla compte désormais plus de 480 voitures au sein de son parc automobile. Un nombre doublé par rapport à la même période en 2021, et qui s’annonce de bon augure à la veille des...

Le van électrique d’Arrival testé par Fraikin

Vu sur les réseaux sociaux

Le van électrique d’Arrival testé par Fraikin

Avec Arval, BNP Paribas Real Estate déploie un hub de mobilité pour ses collaborateurs

Avec Arval, BNP Paribas Real Estate déploie un hub de mobilité pour ses collaborateurs

L'œil de l'expert : « Quelle stratégie d’acquisition privilégier pour les années 2022 et 2023 ? »

L'œil de l'expert : « Quelle stratégie d’acquisition privilégier pour les années 2022 et 2023 ? »

Plus d'articles