Carlos Tavares évoque des fermetures d’usines chez Stellantis

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Carlos Tavares évoque des fermetures d’usines chez Stellantis

L'électrification n'apporte pas que des bonnes nouvelles sur le volet social, comme l'a rappelé Carlos Tavares au CES 2023.

© Stellantis

Lors d’une prise de parole officielle sur le CES de Las Vegas, Carlos Tavares a estimé que le renchérissement des véhicules électriques risquait de conduire à un rétrécissement du marché automobile et par extension, à des mesures impopulaires. En clair, une réduction de voilure au plan industriel.

 

Le sujet est dans l’air depuis plusieurs mois et la menace d’un risque de casse sociale liée à l’électrification des véhicules est tantôt chuchotée tantôt brandie. Carlos Tavares, président-directeur général de Stellantis, a déjà remis en cause publiquement le choix univoque de la technologie BEV, ce qui avait d’ailleurs provoqué le courroux de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, lors du dernier Mondial de l’Automobile, un salon qui stigmatisait à lui seul les difficultés d’une industrie chahutée par de nombreuses transitions.

« Des décisions impopulaires », le doux euphémisme de Carlos Tavares

Lors d’une keynote ayant pour cadre le CES de Las Vegas, Carlos Tavares a été plus explicite : « Si nous n'optimisons pas notre structure de coûts, nous ne pouvons pas absorber le coût supplémentaire de l'électrification, ce qui risque d'entraîner une hausse des prix des voitures et un rétrécissement du marché. Et si le marché se contracte, nous n'avons pas besoin d'autant d'usines et certaines décisions impopulaires devront être prises ».

Un double jeu assez classique

Stellantis a d’ores et déjà annoncé en décembre 2022 qu'il mettrait au ralenti son usine de fabrication de Belvidere, dans l'Illinois (Etats-Unis), qui produit notamment des Jeep Cherokee, à partir du 28 février 2023. En cause, la hausse des coûts liée à la transition vers l'électrique… Les représentants des syndicats dénoncent cette décision, craignant une délocalisation vers le Mexique et le site de Toluca, même si le gouverneur de l'Illinois, JB Pritzker, travaille en coulisses pour offrir de nouvelles incitations fiscales. Au plus offrant, « business as usual ».

D’une manière générale, cette déclaration de Carlos Tavares risque de crisper les relations sociales, même si le timing est bien choisi, après les bonus accordés et les augmentations. En France, plusieurs voix s’élèvent pour rappeler que les constructeurs automobiles ont bénéficié des PGE durant la crise sanitaire et que le chômage partiel était aussi pris en charge par l’Etat. Surtout que les constructeurs réalisent des profits importants actuellement, Stellantis en particulier, et il faut s’en réjouir, et que la rémunération de Carlos Tavares au titre de 2021 était généreuse, 19 millions d’euros pouvant être portés à 66 millions d’euros sous certaines conditions.

Le spectre des surcapacités de production

L’argumentation de Carlos Tavares est classique et difficile à prendre en revers puisqu’elle repose sur la loi industrielle inaliénable du taux d’utilisation de l’outil industriel : « Si vous conservez pendant un temps non négligeable une capacité que vous n'utilisez pas, vous vous mettez en difficulté. Vous devez continuellement adapter votre capacité à vos besoins ».

Au passage, Carlos Tavares a confirmé que le groupe Stellantis ne comptait pas investir trop lourdement dans son réseau industriel en Chine, les incertitudes géopolitiques et macro-économiques étant trop fortes. Une stratégie « asset light » pourrait prévaloir à court terme, même si le premier marché automobile mondial représente un potentiel non négligeable pour certaines des quatorze marques de Stellantis.

Nous vous recommandons

Le réseau Mazda a signé les objectifs de ventes 2023 de la marque

Le réseau Mazda a signé les objectifs de ventes 2023 de la marque

En visant secrètement plus, Mazda table sur un volume de 10 000 ventes de voitures neuves en France en 2023. Son président Laurent Thézée explique aussi que la marque va aider son réseau au premier semestre pour amorcer un retour à une...

08/02/2023 | ConcessionMarché France
BMW rajeunit les X5 et X6

BMW rajeunit les X5 et X6

Jeep lance la production de l'Avenger, voiture européenne de l'année

Jeep lance la production de l'Avenger, voiture européenne de l'année

Lancia signe son renouveau à Milan

Lancia signe son renouveau à Milan

Plus d'articles