CNPA : la branche des loueurs devient celle des métiers de la mobilité partagée

Mohamed AREDJAL

Sujets relatifs :

, ,
CNPA : la branche des loueurs devient celle des métiers de la mobilité partagée

CNPA : la branche des loueurs devient celle des métiers de la mobilité partagée

La branche des loueurs de véhicules du CNPA n’est plus. Elle vient de laisser place à la branche des métiers de la mobilité partagée. Consciente de l’évolution de son marché, l’organisation syndicale veut s’ouvrir ainsi aux sociétés issues de l’économie collaborative.

La mutation du CNPA se poursuit. Dans la lignée de la stratégie d’ouverture adoptée par son président Francis Bartholomé, l’organisation syndicale a décidé de faire évoluer sa branche dédiée aux loueurs de courte durée aux nouveaux acteurs de la mobilité partagée. Rebaptisée en conséquence, la branche se dit désormais prête à accueillir dans ses rangs ces opérateurs numériques issus de l’économie collaborative.

« Depuis trois ans la mobilité change, et nous assistons à une véritable révolution de nos métiers. Le smartphone devient la clé de nos voitures. C’est pour répondre à cette évolution que la branche s’ouvre. Nous ne voulons pas combattre cette nouvelle économie mais plutôt l’inviter à s’asseoir à notre table » soutient André Gallin, président de la branche.

Un « appel d’air » pour la profession

Selon le dirigeant, plusieurs spécialistes de la location entre particuliers (dont Drivy ou Koolicar) font ainsi l’objet d’une structure de réflexion menée au sein de la branche. Objectif : trouver un terrain d’entente avec les acteurs « traditionnels » de la location courte durée pour encadrer ces nouveaux usages de l’auto-partage. La fiscalisation de ces activités représente aujourd’hui le principal point d’achoppement entre les deux parties. « Il faut que les règles du jeu soient les mêmes pour tous. Nous voulons trouver un mode opératoire qui convienne à tous pour une meilleure régulation de ce marché » confirme André Gallin. Ce dernier milite notamment pour un seuil de fiscalisation des revenus issus de l’économie collaborative (toutes activités confondues) à 5 000 euros, conformément à la proposition soumise par le Sénat en novembre dernier.

Au-delà de ce débat, la branche du CNPA veut adopter une démarche constructive face à ces nouveaux métiers qui pourraient représenter un « appel d’air » pour les acteurs traditionnels de la profession. S’ils ne représentent qu’environ 3 % du marché de la location courte durée (estimé à 3,2 milliards d’euros), ces nouveaux entrants sont en effet privilégiés par une clientèle, généralement plutôt jeune, qui ne pratiquait pas la location de véhicule auparavant. « Ils contribuent à démocratiser la mobilité partagée, souligne André Gallin. Toute solution, toute innovation qui incite les individus à privilégier l’usage est positif pour les loueurs. »

Nous vous recommandons

Bilstein annonce les premiers rendez-vous 2022 de son Academy

Bilstein annonce les premiers rendez-vous 2022 de son Academy

Fort d’un succès avéré en 2021, avec plus de 2700 personnes inscrites, Bilstein lance un nouveau programme de son Academy, avec cinq sessions en ligne programmées en février et mars.La « Bilstein Academy », un dispositif de...

iDgarages.com facilite la conversion au Superéthanol-E85

iDgarages.com facilite la conversion au Superéthanol-E85

07ZR adapte ses formules d’abonnements selon le profil client

07ZR adapte ses formules d’abonnements selon le profil client

Axalta désigne couleur de l’année le Magenta Royal

Axalta désigne couleur de l’année le Magenta Royal

Plus d'articles