Comment contourner la flambée des prix des voitures d’occasion ?

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment contourner la flambée des prix des voitures d’occasion ?

AutoScout24 dresse un inventaire non exhaustif de VO encore accessibles selon des seuils de budget.

© AutoScout24

La plateforme AutoScout24 relève que les prix moyens des voitures d’occasion ont augmenté de + 15,7 % en 2022 en Europe. Le groupe propose une classification par budget, à partir de 5 000 euros et sous les 20 000 euros.

En 2022, le marché de l’occasion a enregistré de mauvais résultats avec une forte chute des immatriculations (- 14,1 % par rapport à 2021). La pénurie de l’offre a entraîné une hausse des prix moyens (+ 15,7 % en moyenne !), un mécanisme assez classique mais qui a parfois tutoyé des sommets. Si la disponibilité des véhicules devrait continuer à être problématique en 2023, beaucoup d’observateurs du marché estiment que les prix ont atteint un plafond, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils vont significativement baisser.

Pour tous les budgets, mais pas pour toutes les ZFE…

Sur la base de ses transactions, AutoScout24 a établi quelques « bonnes affaires » selon différents budgets de consommateurs.

À moins de 5 000 euros, AutoScout24 conseille d’opter pour la plupart des citadines en nombre majoritaire sur le parc français : Renault Clio (35 % des Renault mises en vente), Peugeot 205-207 (40 % des Peugeot) ou Citroën C3 (20 % des Citroën). Les premières Dacia Sandero et Logan sont aussi prisées, sans oublier les Opel Corsa, Seat Ibiza, ou Skoda Fabia.

À partir de moins de 10 000 euros

À partir de ce seuil, AutoScout24 raisonne par catégorie.

  • catégorie citadines : Renault Clio, Peugeot 207 ou 208, Dacia Sandero, Citroën C3, VW Polo ou Nissan Micra (7-8 ans avec moins de 100 000 km).
  • catégorie compactes : Renault Megane, Peugeot 307 ou 308, Citroën C4 (8-10 ans, autour des 100 000 km).
  • catégorie petits SUV ou monovolumes : Dacia Duster, Renault Captur ou Scenic (8-10 ans, autour des 100 000 km).

Pour les véhicules à moins de 15 000 euros

  • catégorie des citadines : Renault Clio, Peugeot 207 ou 208, Dacia Sandero, Citroën C3, VW Polo, Nissan Micra, Fiat 500 (environ 5 ans et 50 000 km).
  • catégorie compactes : Renault Megane, Peugeot 307-308, VW Golf, DS3, Citroën C4 Cactus, Opel Astra (6-7 ans / 60 000 à 80 000 km).
  • catégorie petits SUV ou monovolumes : Dacia Duster, Renault Captur, Renault Scenic ou Kadjar, Peugeot 2008 (environ 5 ans / entre 60 000 et 80 000 km).

Véhicules à moins de 20 000 euros

  • catégorie citadines : Renault Clio, Peugeot 207-208, Dacia Sandero, Citroën C3, VW Polo, Nissan Micra, Fiat 500 (2-3 ans / 20 000-30 000 km).
  • catégorie des compactes : Renault Megane, Peugeot 307-308, VW Golf, DS3, Citroën C4 Cactus, Opel Astra, Mini (4-5 ans / moins de 50 000 km).
  • catégorie des SUV moyens ou monovolumes : Peugeot 3008, Fiat 500L/X, Nissan Qashqai, Kia Sportage, Citroën C5 Aircross, Ford Kuga (5 ans / entre 50 000 et 80 000 km).
  • catégorie premium compactes : BMW Série 1, Série 2, Audi A3, Mercedes-Benz Classe A (5 ans / entre 60 000 et 80 000 km).

Les véhicules d’occasion hybrides et électriques sont chers en occasion

« Dans leur choix de véhicules d’occasion, les consommateurs doivent veiller à ne pas se tourner vers des véhicules trop âgés, car ils sont plus polluants et plus gourmands en carburant. En ce début d’année, il peut être intéressant d’attendre que les prix reviennent à des niveaux plus raisonnables et plus stables. Dans l’intervalle, les constructeurs automobiles devraient pouvoir livrer plus de voitures neuves et générer ainsi une nouvelle offre sur le marché de l’occasion », déclare Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24. Et d’ajouter : « Il est clair qu’en raison des pénuries de véhicules hybrides et électriques et de leurs prix très élevés, les motorisations thermiques restent les plus recherchées et accessibles en occasion. Le prix moyen d’un véhicule électrique sur AutoScout24.fr était supérieur à 40 000 euros en décembre 2022. Sur l’année 2022, les diesels représentaient encore plus de la moitié des immatriculations (soit 50,9 %) ».

Nous vous recommandons

« Ivresse des profondeurs et manque d'oxygène » : le marché automobile VP en 2022 par Marc Bruschet Mobilians

« Ivresse des profondeurs et manque d'oxygène » : le marché automobile VP en 2022 par Marc Bruschet Mobilians

L'analyse du marché automobile des voitures particulières par la branche des concessionnaires VP de Mobilians montre non seulement une crise de l'offre mais aussi une crise de la demande depuis le second semestre 2022. En cause :...

27/01/2023 | CNPAMarché France
Aramis Group affiche ses ambitions pour 2023

Aramis Group affiche ses ambitions pour 2023

Comment la location longue durée (LLD) a su s'imposer en France

Comment la location longue durée (LLD) a su s'imposer en France

L’électrique a représenté 50 992 VN et VO sur le marché français du deux-roues 2022

L’électrique a représenté 50 992 VN et VO sur le marché français du deux-roues 2022

Plus d'articles