Enquête

Comment l'autoroute se décarbone ?

Comment l'autoroute se décarbone ?

Sur une portion de 2 km de l’A40, APRR teste un revêtement biosourcé, le biophalt mis au point par sa maison-mère, Eiffage.

© APRR

Lorsqu’on parle décarbonation, on pense d’emblée aux véhicules à faibles émissions. Pourtant, l’infrastructure a son rôle à jouer comme en témoigne la transformation des autoroutes qui s’accélère en 2022.

Nombre de conducteurs d’un véhicule de fonction électrique ont connu cette expérience un rien angoissante : une fois engagé sur l’autoroute aura-t-on assez d’autonomie pour s’en extraire ? Bonne nouvelle, les sociétés concessionnaires d’autoroutes mettent les bouchées doubles pour électrifier leur réseau. D’abord, ces entreprises sont elles-mêmes soumises à l’exigence d’un bilan carbone. « Les clients émettent chaque année 6 millions de tonnes de CO2 sur notre réseau, 50 % provenant des voitures et 50 % des poids lourds », analyse Julien Pointillart, directeur RSE et environnement du groupe Sanef. Ce concessionnaire, qui exploite 1 807 km en Normandie, dans les Hauts-de-France et le Grand-Est, a lancé en juillet 2021 un appel d’offres pour équiper toutes ses aires de bornes d’au moins 150 kW de puissance.

Surtout, toutes les sociétés d’autoroutes anticipent le basculement des parcs de véhicules thermiques vers l’électrique même si le phénomène n’est encore qu’un signal faible. « Selon nos estimations, à fin décembre 2021, 0,5 % de véhicules légers électriques empruntaient notre réseau, sachant que le nombre des transactions annuelles pour ces véhicules était de 756 millions », explique Elise Bon, directrice de l’environnement chez Vinci Autoroutes. Sur ses 4 443 kilomètres de réseau, 58 % des aires de services sont équipés d’IRVE jusqu’à 350 kW. « Notre objectif est d’atteindre le déploiement des bornes sur toutes nos aires de service pour 2023. Soit 180 aires équipées et une borne tous les 50 km en moyenne », explique la directrice.

Énergie positive et émissions en baisse

La décarbonation des autoroutes s’étend également à d’autres aspects comme la production d’énergie. APRR commence à installer des fermes solaires sur des zones délaissées, souvent des parcelles qui ont servi à la construction de l’autoroute. Une dizaine de projets, dont deux en service, doivent produire une électricité qui est injectée dans le réseau. D’autres panneaux photovoltaïques sont prévus sur les toitures des stations de recharge. Autre enjeu de la décarbonation, les enrobés autoroutiers, hautement carbonés, dont la pose à chaud aggrave encore leur bilan carbone. Sur une portion de 2 km de l’A40, APRR teste un revêtement biosourcé, le biophalt mis au point par sa maison-mère, Eiffage. Il utilise un liant végétal et incorpore 30 % de produits recyclés. « Si les tests de "fatigue" de cet enrobé s’avèrent concluants, nous prévoyons un premier chantier en 2023 », annonce Guillaume Hérent. Chez Vinci autoroutes, des expériences sont également en cours pour recycler les matériaux. « Nous réutilisons jusqu’à 42 % des agrégats », expose Elise Bon. Dernier axe favorable à la décarbonation : les sociétés d’autoroutes encouragent le covoiturage. Le groupe Sanef en a même fait une de ses priorités avec plus de 1 500 places disponibles aux entrées de son réseau.

Retrouvez l'intégralité de cette enquête dans le magazine 276 de L'Automobile & L'Entreprise

Nous vous recommandons

Les 27 États membres de l'Union européenne approuvent la fin des véhicules thermiques en 2035

Les 27 États membres de l'Union européenne approuvent la fin des véhicules thermiques en 2035

En cette nuit du 29 juin 2022, la proposition de la Commission européenne de mettre fin à la commercialisation des véhicules thermiques en 2035, présentée en juillet 2021 dans le cadre du paquet climat « Fit for 55 », a été...

Volta Trucks à l’épreuve des évaluations clients

Volta Trucks à l’épreuve des évaluations clients

Recharge électrique : dans quels pays européens paie-t-on le moins cher ?

Etude

Recharge électrique : dans quels pays européens paie-t-on le moins cher ?

Le Japon veut moduler le diktat sur les voitures à zéro émission

Le Japon veut moduler le diktat sur les voitures à zéro émission

Plus d'articles