Comment Renault Group tire de la valeur sur le cycle de vie des batteries

Fabio CROCCO
Comment Renault Group tire de la valeur sur le cycle de vie des batteries

© Renault

La batterie haute tension est l’organe qui fait la valeur d’un véhicule, à la vente comme en après-vente. Il est aussi celui le plus nocif à l’environnement. Dans le cadre de sa structure The future is neutral, Renault Group a imaginé une stratégie d’économie circulaire gagnante sur les tableaux de l’écologie comme de l’économie.

En octobre dernier, Renault Group annonçait la création d’une entité entièrement dédiée à l’économie circulaire nommée The future is neutral. Objectif : faire significativement progresser leur taux de matières recyclées dans la production de véhicules neufs avec de nouveaux débouchés et création de valeur. Un des gros chantiers de l’unité sera le recyclage des batteries haute tension qui équipent les véhicules électriques. Pour ce faire, Renault Group a imaginé différents circuits.

Réutiliser les matières premières

Des batteries totalement hors de service sont extraits les composants de base, comme les métaux rares (cobalt, nickel et lithium), qui seront réutilisés dans la fabrication de nouvelles batteries. L’évolution des traitements fera que ces métaux pourront être réutilisés plus ou moins directement en fonction du niveau de pureté. Des progrès restent encore à faire sur ce point. « Les batteries sont recyclables à plus de 50 % du poids comme l’exige la règlementation », indique Jean-Denis Curt, responsable du pôle économie circulaire et recyclage.

Une seconde vie

Les batteries ne possédant plus les caractéristiques exigées pour une utilisation automobile, à savoir une autonomie devenue trop basse, sont employées à d’autres applications comme des alimentations électriques stationnaires, pour alimenter le réseau électrique afin de lisser les pics de demande, pour stocker de l’énergie solaire, ou encore pour électrifier le transport maritime hybride ou des engins aéroportuaires. Des centaines de batteries ont ainsi été remises sur le circuit par Mobilize, filiale de Renault, en charge de cette seconde vie. « On estime qu’au moins la moitié des batteries auront une deuxième vie en dehors de l’automobile », explique Jean-Denis Curt.

La réparation

La bonne nouvelle est que les batteries ont une durée de vie qui va bien au-delà des 10 ans comme imaginé au départ par le constructeur. « Au bout de 10 ans, elles ont encore au moins 75 % de capacité de stockage », indique Jean-Denis Curt. Cela n’empêche pas les pannes. Selon les propos du responsable, 95 % des batteries sont réparables. La volonté de Renault Group est aussi de prolonger leur durée de vie au travers de l’après-vente et ses deux niveaux de réparation.

Le premier est composé d’un réseau européen de 2 500 centres « Z.E Expert », des concessionnaires qualifiés pour réaliser des opérations sous basse tension, entre 60 et 80 % des réparations. Le second niveau est composé de « Battery Repair Workshop », des centres qui opèrent des réparations au-delà des 200 volts. Ils sont à ce stade 22 en Europe, dont 3 en France avec la Refactory de Flins. Un nombre appelé à croître, vers une centaine, parallèlement à la croissance du parc roulant électrique. Ils ont la capacité de réparer 1 000 batteries par an.

Centre expert, Flin, définit les méthodes de réparations qui sont ensuite diffusées dans les Repair Workshop. La Refactory de Flins fait aussi le diagnostic des batteries pour la seconde vie. À ce jour, il est intervenu sur 12 000 batteries réparées, reconditionnées ou recyclées. La marque table sur 20 000 par an dans le centre en 2030.

Nous vous recommandons

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

Dans le cadre d’une tribune à destination des experts en automobile, François Mondello appelle la profession à exercer de manière durable et responsable... à la demande des assureurs.Dans le cadre de la présentation de ses vœux à...

03/02/2023 | Expertise
Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Wessels+Müller arrive en Italie

Wessels+Müller arrive en Italie

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Plus d'articles