Comment Renault Group veut rassurer les acheteurs de VE d'occasion

Comment Renault Group veut rassurer les acheteurs de VE d'occasion

Comment Renault Group veut rassurer les acheteurs de VE d'occasion

Le constructeur français - via sa nouvelle marque Mobilize - vient de lancer une nouvelle application permettant de garantir l’état de la batterie d’un véhicule électrique d’occasion lors de sa revente.

Les véhicules électriques (ou hybrides rechargeables) sont de plus en plus nombreux sur les routes. Si pour certains automobilistes, opter pour un véhicule à batteries s’apparente à un investissement sur le long terme, pour d’autres il s’agit simplement... de rouler dans un nouveau véhicule dont la durée d’usage sera plus ou moins longue car soumise à un contrat de location ou à renouvellement à l’envi. Des premières mains qui viennent alors grossir le marché du véhicule d’occasion.

Afin justement de faciliter la revente des véhicules électriques d’occasion, Renault Group via sa nouvelle marque Mobilize propose désormais un « certificat de batterie » garantissant les capacités du véhicule. Concrètement, il s’agit « d’une application permettant aux propriétaires de véhicules électrifiés Renault et Dacia d’éditer un certificat sur la capacité énergétique restante de leur batterie directement depuis leur smartphone et sur internet ».

Renault Group précise qu’une telle démarche à pour but : de rassurer l’acheteur de véhicule électrique d’occasion sur la capacité énergétique du modèle convoité et d’augmenter la valeur résiduelle et le prix de la transaction des VE d’occasion.

Comment cela fonctionne-t’il ?

Le certificat de batterie est disponible depuis l’application « MY Renault » pour les clients particuliers et au sein de l’offre « Easy Connect for Fleet » pour les clients entreprises. Dans un second temps, cette fonctionnalité sera également accessible depuis le service « MY Dacia » pour les propriétaires de la citadine Spring.

La gamme électrifiée de Renault s'est considérablement étoffée ces derniers mois. © Antonin Moriscot / A&E
La gamme électrifiée de Renault s’est considérablement étoffée ces derniers mois. © Antonin Moriscot / A&E

Les données permettant de certifier l’état de la batterie du véhicule « sont issues du “Battery Management System (BMS)” des batteries ou calculées en dehors du véhicule à partir des données de roulage et de charge. Ce qui permet de connaître précisément l’état de santé de la batterie (SOH, ou State Of Health), soit le rapport entre la capacité actuelle de la batterie et sa capacité initiale, exprimé en pourcentage », indique le groupe automobile français. Ce dernier donne l’exemple suivant : « pour une batterie de 40 kWh, si le SOH est de 94 %, cela signifie que sa capacité résiduelle est de 37,6 kWh » .

Pour l’heure, ce certificat de batterie peut être édité par les propriétaires de Kangoo Z.E. 33 kWh, de Zoe E-Tech Electric et de Twingo E-Tech Electric. Dans un second temps, il concernera l’ensemble des véhicules électrifiés du groupe.

Nous vous recommandons

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Nomination

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Le constructeur coréen réorganise son top management. Luc Donckerwolke, actuel directeur en chef de la création (CCO), se voit ainsi promu président du groupe. Vice-président exécutif de Hyundai Motor Company, Kyoo Bok Lee est, lui,...

Stellantis s’intéresse au rétrofit électrique des VUL

Stellantis s’intéresse au rétrofit électrique des VUL

Rev Mobilities inaugure son premier site dédié au rétrofit

Rev Mobilities inaugure son premier site dédié au rétrofit

Crédit Agricole prend 30 % de Watèa pour accompagner la transition des flottes de VUL

Crédit Agricole prend 30 % de Watèa pour accompagner la transition des flottes de VUL

Plus d'articles