Conduite autonome : le Royaume-Uni autorise la télé au volant

Conduite autonome : le Royaume-Uni autorise la télé au volant

© Weird HK Girl / Unsplash

Le gouvernement britannique entérine un projet de modification réglementaire qui peut paraître antinomique. Cela permettrait en effet aux automobilistes de regarder des films dans leurs véhicules autonomes sans être tenus responsables en cas d’accident.

On peut s’inquiéter d’une telle décision en termes de sécurité routière. Pour cause : le département britannique des Transports vient d’approuver le visionnage de « contenus non liés à la conduite sur des écrans intégrés » aux automobilistes d’outre-Manche « pendant que le mode de conduite automatisée contrôle [leur] véhicule ». Les automobilistes devront toutefois « être prêts à reprendre le contrôle de leur véhicule rapidement, par exemple, en approchant d'une sortie d'autoroute », souligne le DfT.

La télé oui, mais pas le téléphone !

Paradoxalement, les autorités continueront de proscrire l’utilisation du téléphone au volant en raison du risque de distraction trop élevé qu’ils induisent… Et si un accident survient alors que le conducteur regarde des films, des séries ou même la télévision à bord de sa voiture autonome ? Eh bien la responsabilité de ce dernier ne sera pas engagée selon les propositions de réformes du département britannique des Transports ! En somme, les assureurs devront prendre en charge les dommages, même si ceux-ci auront le droit de mener des enquêtes et de reporter le coût des sinistres sur des tiers tels que les constructeurs. Pour dissiper tout flou juridique, le gouvernement du Royaume-Uni espère cependant mettre au point un cadre légal complet d'ici à 2025.

La création d’emplois, la véritable explication derrière ce laxisme ?

Et il faut bien espère que ce cadre juridique soit correctement dressé quand on sait que le Royaume-Uni entend voir les premières voitures autonomes circuler à « faible vitesse sur les autoroutes, notamment pendant les embouteillages », sur ses routes d'ici à la fin de l'année. Une amplification rapide et attendue de cette pratique qui doit sans doute beaucoup aux bénéfices financiers qu’il y a à en tirer. Londres estime en effet que le développement de cette technologie pourrait générer quelque 38 000 nouveaux emplois au Royaume-Uni, dans un marché qui devrait peser près de 42 milliards de livres à l’horizon 2035. Faire le pari de déléguer la sécurité à la machine pour réduire les erreurs humaines et surtout endiguer le chômage, ne serait-ce pas une politique en autopilote ?

Et en France, où en est-on ?

Dans l’Hexagone, les transformations profondes du cadre réglementaire souhaité par le gouvernement n’ont, certes, pas été aussi rapidement entreprises qu’espéré mais les expérimentations locales de véhicules et navettes autonomes se développent sur parcours définis. Néanmoins, dès cet été, les systèmes d’autopilote des voitures particulière pourront être dans enclenchés sur routes ouvertes dans certaines situations telles que les embouteillages sur autoroute. Cependant, regarder la télévision au volant n’est pas pour tout de suite puisque quitter la route des yeux et lâcher le volant des mains s’avèrent encore strictement interdit pour des raisons logiques de sécurité.

Nous vous recommandons

Nissan ouvre les commandes de Juke Hybrid à partir de 31 450 euros

Nissan ouvre les commandes de Juke Hybrid à partir de 31 450 euros

Nissan ouvre les commandes de son Juke Hybrid le 1er juin sur le marché français. Les tarifs débutent à 31 450 euros et vont jusqu’à 34 700 euros pour la Première Edition.Nissan s’apprête à ouvrir les commandes de son Juke Hybrid...

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Essai - Audi A8 : grand huit !

Essai - Audi A8 : grand huit !

Lancia cible six pays d’Europe et 50 % de ventes en ligne

Lancia cible six pays d’Europe et 50 % de ventes en ligne

Plus d'articles