Congrès du CNPA : des échanges musclés avec les constructeurs sur fond de crise structurelle

Christophe CARIGNANO

Sujets relatifs :

Le congrès Planète Auto, organisé hier par le CNPA, ne ressemble décidément à aucun autre rendez-vous du syndicat organisé par le passé. La communication “policée” plutôt de mise à l’époque de Roland Gardin a beaucoup évolué avec l’arrivée de Patrick Bailly à la présidence du syndicat de Suresnes. À noter aussi que les interventions conjointes d’Olivier Lamirault, de Francis Bartholomé et de Francis Davoust lors des tables rondes du matin ont mis le feu aux poudres.

Certains constructeurs ont peut-être regretté au final d’être présents à la tribune. Hormis Fiat, les firmes automobiles ne semblent pas prêtes à faire des concessions à un monde de la distribution et de l’après-vente qui connaît une crise inédite depuis une vingtaine d’années.

« J’ai voulu un congrès professionnel en y associant toute la filière auto » a déclaré Patrick Bailly en ouverture de l’événement. Et d’ajouter : « Nous avons plus que jamais besoin de nous rassembler. La crise est d’une ampleur et d’une brutalité sans précédent. »

Lors de la première table ronde, qui a réuni constructeurs et distributeurs, l’accent a été mis sur l’absence totale de marges lors de la vente d’un VN dans une concession. Les distributeurs ont pointé tour à tour les exigences démesurées des constructeurs au niveau des show-rooms et l’ensemble des critères qui pèsent lourdement sur le résultat des affaires. Cette absence de rentabilité étant renforcée par l’évolution du mix-produits des ventes de VN, qui concernent désormais pour moitié des petits véhicules.

« La filière doit se restructurer » a plaidé Olivier Lamirault, président de la branche des concessionnaires VP, avant de lancer aux constructeurs présents : « Le temps des concessions “cathédrales” est révolu. Il faudra prendre des décisions rapidement pour récupérer des points de marge. »

Corinne Lefevre, présidente du groupement des agents Renault (GAR), a souligné de son côté « l’absence totale de marge sur la vente d’un VN pour un agent » et affirmé que « cette situation ne pouvait plus durer », menaçant implicitement de cesser de vendre des VN si la situation ne leur permettait plus de faire un minimum de marge… ce qui paraît logique dans une démarche commerciale. À noter que la réponse de Bernard Cambier, directeur du commerce France de Renault, n’a pas du tout plu à la salle, ce dernier expliquant que ce problème de marge n’était pas le plus important pour un agent…

Côté après-vente, la baisse d’activité de 3 et 4 % sur les deux premiers trimestres 2009 pèse lourdement sur les entreprises du commerce et de la réparation automobiles. On retiendra que, l’automobiliste roulant moins, l’entretien d’un véhicule tend encore à s’espacer dans le temps. Cette baisse s’accompagne aussi d’une bataille autour de la pièce de rechange. Son intensité est inédite puisqu’elle est renforcée en particulier par l’offensive sur la pièce low cost de la part des constructeurs français. Et avec pour conséquence immédiate une chute des prix et donc des seules marges qui demeuraient stables depuis une dizaine d’années. On relèvera enfin l’alerte lancée par Francis Davoust à ce sujet, qualifiant de “ très inquiétante ” pour l’ensemble de la profession cette baisse des marges au niveau des pièces de rechange.

Plus d’infos dans le prochain numéro de Décision Atelier (DA43).

Nous vous recommandons

(Vidéo) Aramisauto dévoile un nouveau spot télévisuel

(Vidéo) Aramisauto dévoile un nouveau spot télévisuel

Aramisauto annonce le lancement d'une nouvelle campagne publicitaire à destination de la télévision avec l'objectif d'accompagner le déploiement de la marque.Après l'ouverture de son site à Saint-Pierre-lès-Nemours, Aramisauto lance...

06/07/2022 |
Eurorepar repart en campagne estivale sur les aires d’autoroute

Eurorepar repart en campagne estivale sur les aires d’autoroute

TotalEnergies stocke l’huile en carton

TotalEnergies stocke l’huile en carton

Speedy a posé 10 000 boîtiers de conversion au E85

Speedy a posé 10 000 boîtiers de conversion au E85

Plus d'articles