Convention citoyenne pour le climat : les syndicats désabusés

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
Convention citoyenne pour le climat : les syndicats désabusés

Convention citoyenne pour le climat : les syndicats désabusés

À la suite d’une réunion de présentation des mesures prises lors de Convention citoyenne pour le climat touchant le transport routier, les organisations patronales dénoncent un manque de concertation et cherchent désespérément leur bon interlocuteur.

Les organisations professionnelles du transport routier de marchandises ont été conviées le 14 septembre dernier à une réunion de présentation des mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat (CCC).

Une présentation sans négociation

Tant sur le fond que la forme, les organisations professionnelles dénoncent des mesures inadaptées et une absence totale de dialogue sur un enjeu pourtant crucial pour la profession.

Initialement présenté comme une réunion de concertation, cet échange a finalement consisté en une présentation des mesures de la CCC, pour lesquelles les organisations professionnelles ont fait part de leurs interrogations et des inquiétudes des entreprises.

Les représentants de la Convention citoyenne ont indiqué que ces mesures étaient gouvernées par la volonté de réduire la part modale du transport routier au profit du ferroviaire et qu’ils ne disposaient d’aucun mandat de négociation.

Pour rappel ces mesures visent à imposer une formation des conducteurs routiers à l’éco-conduite tous les deux ans, à supprimer la ristourne gazole dont bénéficient les transporteurs routiers moyennant des aides à l’acquisition de véhicules propres, à instaurer une vignette poids lourd tout en supprimant la taxe à l’essieu et à imposer des clauses environnementales dans les contrats de transport.

Décalage de mesures

La FNTR, l’Union TLF et OTRE ont souligné le décalage de ces mesures avec les exigences de compétitivité économique et européenne et les directives existantes. Elles ont également relevé qu’il convenait d’appréhender la complémentarité des modes plutôt que de les opposer. Enfin, il est indispensable de prendre en compte les efforts volontaires des entreprises pour réduire leurs émissions.

Les organisations professionnelles entendent exprimer leurs inquiétudes. Elles avaient travaillé avec les ministères de la Transition écologique et des Transports à un contrat de transition énergétique pour le secteur qui devait être signé en mars dernier. « Sans nouvelles de cet engagement, les mesures annoncées aujourd’hui se substituent-elles à ce contrat ? » s’interrogent les trois syndicats, qui visiblement ne savent plus à quel saint se vouer.

« Les professionnels du transport sont en droit de s’interroger sur la stratégie du Gouvernement pour leur secteur. Qui est leur interlocuteur pour construire la transition énergétique du secteur pour les vingt prochaines années ? Le Parlement ? Le Gouvernement ? La Convention citoyenne pour le climat ? Ou le président de la République ? » se demandent-ils, désabusés.

Nous vous recommandons

Gefco France expérimente le biogazole d’Altens

Gefco France expérimente le biogazole d’Altens

Gefco France teste, en partenariat avec Gardien Transports, un carburant biogazole sur des camions porte-voitures.Le logisticien de l’automobile, Gefco France, et son sous-traitant Gardien Transports expérimentent depuis novembre un...

01/12/2021 | Transport PLGefco
Télématique : RIO et ZF renforcent leur partenariat

Télématique : RIO et ZF renforcent leur partenariat

+ 4,2 % pour le transport routier de marchandises en 2022 ?

+ 4,2 % pour le transport routier de marchandises en 2022 ?

Pluie de récompenses et de nouveautés pour Lamberet à Solutrans

Pluie de récompenses et de nouveautés pour Lamberet à Solutrans

Plus d'articles