Crise du Covid-19 : la FNTR publie sa troisième enquête d'impact

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
Crise du Covid-19 : la FNTR publie sa troisième enquête d'impact

Crise du Covid-19 : la FNTR publie sa troisième enquête d'impact

Dix jours après le début du déconfinement, le secteur du transport routier de marchandises reste très affaibli avec près de 60 % des entreprises annonçant encore un arrêt partiel de leur activité et 21 % des camions toujours à l’arrêt.

Dix jours après le début du déconfinement, la FNTR publie sa troisième enquête concernant les conséquences de la crise sur le secteur du transport routier de marchandises.

Selon la fédération, la reprise de l’activité est très lente. Le secteur est très affaibli avec près de 60 % des entreprises annonçant encore un arrêt partiel de leur activité et 21 % des camions toujours à l’arrêt complet. L’enquête réalisée fait apparaître une chute du chiffre d’affaires de 48 % en mars et de 44 % en avril.

Cette crise sanitaire a également généré une profonde désorganisation du marché, ainsi que des déséquilibres importants. À cela, trois raisons :
- une hausse de 21 % des kilomètres à vide par rapport à la moyenne habituelle, engendrant un surcoût de 15,3 % sur chaque kilomètre réalisé par rapport à la situation d’avant-crise (étude CNR) ;
- une augmentation de 7,2 % des charges de l’entreprise liée aux coûts directs de l’achat de gel hydroalcoolique, masques et autres équipements. À ces coûts directs s’ajoute une perte de productivité liée, par exemple, à l’allongement des temps de chargement et de déchargement, comme en témoignent 40 % des entreprises ;
- une surcapacité en matière d’offre qui génère une baisse des prix du transport : 30 % des entreprises ont des pressions sur les prix de la part de leurs donneurs d’ordre et observent une forte baisse des prix en matière d’affrètement.

La branche demande la prolongation du dispositif de chômage partiel

Plus d’un tiers des chefs d’entreprise anticipent déjà une réduction prochaine de leurs effectifs. Ce qui légitime la demande de prorogation du dispositif de chômage partiel pour les entreprises de transport.

Cette demande fait partie d’un plan de relance adressé par la FNTR aux pouvoirs publics, lesquels n’ont, pour le moment, pas réagi. Un appel réitéré cette semaine avec l’ensemble des organisations professionnelles de la branche.

« Face à des entreprises exsangues et dont la confiance en l’avenir s’étiole chaque jour un peu plus (54 % des répondants n’ont pas confiance en l’avenir), le silence du Gouvernement est incompréhensible. La reconnaissance vis-à-vis d’un secteur qui a permis la continuité de l’approvisionnement de la nation pendant le confinement semble déjà bien loin », conclut la FNTR.

Nous vous recommandons

Comment La Poste accélère le verdissement de sa flotte de véhicules ?

Comment La Poste accélère le verdissement de sa flotte de véhicules ?

Confirmant viser le zéro émission nette de gaz à effet de serre en 2030, La Poste renforce ses efforts pour atteindre son but, en doublant le nombre de ses véhicules électriques d’ici à 2025 et en décarbonant le transport moyenne et...

Geodis transporteur officiel de la Coupe du monde de rugby en France en 2023

Geodis transporteur officiel de la Coupe du monde de rugby en France en 2023

L’OTRE demande le maintien des aides sur le carburant au-delà du 31 juillet 2022

L’OTRE demande le maintien des aides sur le carburant au-delà du 31 juillet 2022

Le Cnam va consacrer une matinée d’information à l’avenir du transport

Le Cnam va consacrer une matinée d’information à l’avenir du transport

Plus d'articles