Décryptage de la stratégie d'Alfa Romeo avec son directeur général Jean-Philippe Imparato

Décryptage de la stratégie d'Alfa Romeo avec son directeur général Jean-Philippe Imparato

Jean-Philippe Imparato, directeur général d'Alfa Romeo, pleinement engagé dans la mutation de la marque vers l'électrique.

© Auto Infos

Entretien avec le patron de la marque italienne, sur le mythique circuit de Balocco, à l’occasion de la présentation internationale du SUV Tonale Q4, premier modèle hybride rechargeable d'Alfa Romeo. Jean-Philippe Imparato décrypte la stratégie de la marque, engagée dans la transition vers l’électrique à l'horizon 2024-2025 au même titre que l’ensemble des marques premium du groupe Stellantis.

Auto Infos : Depuis votre nomination, vous avez lancé un plan de réduction des coûts chez Alfa Romeo, où en êtes-vous 

Jean-Philippe Imparato : Nous avons baissé les coûts de 50 %. En fait, l’objectif, en 2021, était de gagner de l’argent. La contribution d’Alfa Romeo au PNL de Stellantis est devenue positive. Pour cela, nous avons baissé les coûts fixes, marketing, total production cost et coût de la non-qualité. Nous avons stabilisé notre pricing puis nous l’avons augmenté à concurrence de ce qu’on estime être la valeur de la voiture.

« Nous avons baissé les coûts de 50 % ».

Auto Infos : Ainsi, au premier semestre 2022 vos résultats financiers dépassent ceux de 2021 en année pleine 

Jean-Philippe Imparato : Oui, c’est assez surprenant même. La rentabilité unitaire des voitures est en elle-même très positive. Ce qui n’est pas lié à un volume de voitures. C’est intrinsèque. Je vends une voiture, donc je gagne de l’argent. Il n’y a pas de compromis là-dessus. Si on doit être entraîné sur des canaux que je qualifierais de toxiques, nous n’irons pas si cela doit avoir un impact sur la valeur résiduelle de la marque.

« Je ne suis pas payé sur les volumes ! ».

Auto Infos : Vous restez allergique à ces canaux tactiques comme par le passé chez Peugeot 

Jean-Philippe Imparato : Absolument ! Je peux très bien faire de la location courte durée si je maîtrise 100 % des buy-backs. Dans le cas contraire, je ne mettrai jamais une voiture en courte durée. Au niveau des véhicules de démonstration, nous pouvons en avoir un peu quand le besoin est là comme avec le Tonale lors du lancement. Je ne suis pas payé sur les volumes !

Auto Infos : Ce refus des volumes ne s’applique-t-il pas désormais à l’ensemble des constructeurs 

Jean-Philippe Imparato : Oui, sauf que lors des commentaires de fin d’année, on reparle du nombre de voitures vendues ! Le net revenu d’Alfa Romeo a une progression à deux chiffres depuis 2020. Nous vendons au prix que nous souhaitons, ce qui nous place au même niveau ou au-dessus de BMW dans toutes les transactions. C’est mon benchmark en termes de pricing. Nous contrôlons nos coûts. Je rappelle que nous sommes 49 salariés pour gérer Alfa Romeo. C’est une start-up qui gagne de l’argent.

Auto Infos : N’est-ce pas la marque la plus rentable chez Stellantis aujourd’hui 

Jean-Philippe Imparato : Au niveau unitaire non, mais c’est la premium la plus rentable. C’est une bonne nouvelle mais il faut désormais que ce soit la premium qui se développe partout.

Auto Infos : Avec le Tonale Q4, vous faites votre entrée dans l’hybride rechargeable. N’est-ce pas incongru pour une marque sportive comme Alfa Romeo 

Jean-Philippe Imparato : Je ne lance pas un PHEV mais une brique de plus dans le développement d’Alfa Romeo. Si nous ne faisons pas ça sur le segment C- SUV maintenant, la marque pourrait être en danger. Nous devons aller vers l’électrification car ceux qui pensent, une seconde, que l’électrification n’est pas la voie pour tout le monde se trompent quel que soit le pays. Au niveau de l’hybride rechargeable, nous y allons le plus vite possible tout en respectant l’ADN de la marque. Le Tonale Q4 est dans le monde Alfa Romeo, il reste un vrai véhicule sportif agréable à conduire. C’est donc l’acte 1 de l’électrification qui est fondamental. Avec 40 % de CO2 en moins à 26 g/km, dans de nombreux pays à moins de 30 grammes, nous n’allons pas payer les accès aux centres-villes. Nous souhaitions également 600 km d’autonomie afin de ne pas avoir les critiques récurrentes au PHEV sur la recharge. Avec le Tonale, nous avons à la fois la liberté et l’efficience. Ce qui a une valeur importante pour le BtoB forcément. Cela nous ouvre les appels d’offres en Allemagne. Je veux passer trois messages : liberté, pas de problème d’accès et l’ouverture au BtoB.

« Je ne lance pas un PHEV mais une brique de plus dans le développement d’Alfa Romeo ».

Auto Infos : Cela vous permet-il de tenir jusqu’à la prochaine génération électrique chez Stellantis? 

Jean-Philippe Imparato : Oui jusqu’en 2024. Nous aurons un hybride et un full électrique sur la plateforme B Pilot. Nous allons donc compléter le C-SUV par un B-SUV, sauf que cela ne sera pas un SUV tel qu’on l’entend… Ensuite, en 2025, nous aurons la plateforme électrique Stellantis avec 800 Volts avec une architecture électronique toute nouvelle et le software avec la 5G.

Auto Infos : On dit justement qu’Alfa Romeo est à la pointe du software 

Jean-Philippe Imparato : C’est la première application de STLA Brain en 2025. Nous sommes passés de dernier de la classe à premier applicateur ! La voiture qui sortira aura une plage de puissance de 350 à 800 chevaux. Nous aurons de la 5G et de l’intelligence artificielle. Je m’en servirai pour accroître l’efficacité de conduite à travers les datas. C’est un outil de positionnement pour Alfa Romeo, une sorte de co-pilote.

Auto Infos : Comment se positionne la marque Alfa Romeo dans la galaxie Stellantis ? 

Jean-Philippe Imparato : Nous sommes dans un cluster premium avec DS et Lancia. Un club se réunit toutes les semaines afin d'évoquer nos choix stratégiques et commerciaux. Nous serons les premiers à entrer dans le nouveau modèle retail de distribution.

Auto Infos : Alors justement, il y a cinq ans, lors de votre passage chez Peugeot, vous prôniez déjà un changement de business model de distribution avec une réduction drastique des coûts fixes. Le contrat d’agence est-il l’aboutissement de cette stratégie ?

Jean-Philippe Imparato : Comme l’électrification mais aussi le software et l’évolution réglementaire nous conduisent à un renchérissement du coût des voitures de 50 %, il n’est pas étonnant qu’à iso base clientèle, nous soyons obligés collectivement de couper en deux le coût de distribution. Effectivement, je l’avais dit il y a cinq ans. D’ailleurs pas mal de marques qui disaient « non » à l’époque y viennent aujourd’hui. C’est parce qu’il faut qu’on optimise le coût de distribution global, et pas celui uniquement des concessionnaires mais aussi celui des constructeurs, qu’il faut que l’on soit attentifs.

« Nous ne sommes pas en confrontation avec le concessionnaire, bien au contraire »

Auto Infos : Comment s’inscrit ce contrat d’agence dans votre stratégie globale 

Jean-Philippe Imparato : Pour résumer, nous avons un net pricing, une sélection rigoureuse des investissements en marketing à chaque euro près et un nouveau modèle retail guidé par une relation client parfaite. Nous ne sommes pas en confrontation avec le concessionnaire, bien au contraire je pense que nous pouvons nous en sortir tous les deux et très bien. Plus le concessionnaire vendra plus il gagnera. Il n’aura plus de discount à faire et nous porterons les stocks neufs comme les véhicules de démonstration. Le concessionnaire pourra aussi prendre les véhicules d’occasion y compris en buy-back. Et nous réduirons nos standards sur l’immobilier de moitié.

Auto Infos : Comment expliquez-vous cette grogne des distributeurs ? 

Jean-Philippe Imparato : C’est la peur du changement. Il faut encore et encore discuter ensemble. Le principe de l’électrique est derrière nous, il faut donc s’adapter. Mais j’ai confiance en mes collègues français. Le contrat d’agence commencera en 2023 pour Alfa Romeo.

« Nous ne pourrons pas diverger sur de nouveaux investissements dans le thermique ».

Auto Infos : Et l’Euro 7, vous en pensez quoi 

Jean-Philippe Imparato : Ça change tous les jours apparemment ! On a eu encore une nouvelle version la semaine dernière. C’est très difficile à comprendre. Heureusement, on a des équipes performantes pour décrypter tous ces textes. Avec l’énergie que l’on met dans l’électrique chez Alfa Romeo, nous ne pourrons pas diverger pour aller sur de nouveaux investissements dans le thermique ! Il ne faut pas jouer avec nos équipes, car nous devons faire tourner nos usines.

Nous vous recommandons

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Indexés sur l'inflation, les tarifs des péages vont naturellement augmenter en 2023. Dès le 1er février, la facture acquittée par des véhicules particuliers sera plus lourde d'environ 5 %.Le couperet est tombé. Comme chaque année,...

02/12/2022 | PéagesAutoroute
La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Plus d'articles