Dekra alerte sur le non-respect des contre-visites

Jean-Marc Gervasio
Dekra alerte sur le non-respect des contre-visites

La contre-visite permet de vérifier que les réparations demandées ont bien été réalisées et que le véhicule peut continuer à circuler sans présenter de danger.

© Dekra

Le réseau de contrôle technique alerte l’opinion publique et les professionnels du secteur de l’importance de respecter les contre-visites prescrites par les centres. La contre-visite est un véritable enjeu de sécurité pour tous.

C’est une réalité bien connue des professionnels du secteur, la contre-visite est un second contrôle de véhicules qui intervient lorsqu’une ou plusieurs défaillances majeures ou critiques ont été signalées durant le contrôle technique périodique. Elle permet de vérifier que les réparations demandées, à l’issue de l’examen initial, ont bien été réalisées et que le véhicule peut continuer à circuler sans présenter de danger. Pourtant, force est de constater que trop de véhicules soumis à contre-visite ne réalisent pas ou seulement en partie les réparations jugées nécessaires par le personnel habilité lors du passage du véhicule à l‘examen légal obligatoire.

Selon les chiffres officiels, 21,21 % des véhicules circulant en France, soit 4 325 410 véhicules, sont soumis à une contre-visite à l’issue du contrôle technique périodique. Sur ce parc, près de 38 000 véhicules présentent une défaillance critique interdisant de rouler à partir de minuit le jour du contrôle. Ces véhicules présentent principalement des anomalies sur les pneumatiques (corde endommagée), le frein de stationnement (efficacité inférieure à 50 %) et un non-fonctionnement des feux stop.

Ces défaillances impactent directement ou indirectement le comportement du véhicule sur la route. Comme le souligne Karine Bonnet, présidente du réseau et directrice générale de Dekra Automotive SAS, « réaliser son contrôle technique et passer le cas échéant sa contre-visite participe à améliorer la sécurité de tous les usagers de nos routes en évitant de laisser des véhicules dangereux dans la circulation et contribue à l’amélioration de la protection de l’environnement en écartant les véhicules les plus polluants ».

Top 3 des défaillances constatées soumises à contre-visite

- 10,79 % fonction essieux, roues, pneus, suspension, dont 3,01 % pour des pneumatiques gravement endommagés, entaillés ou présentant un montage inadapté.
- 9,99 % fonction feux, dispositifs réfléchissants et électriques, dont 5,29 % pour une orientation des feux de croisement en dehors des limites prescrites.
- 7,82 % fonctions nuisances, dont 2,08 % d’émissions gazeuses excessives ou 3,35 % d’opacité des fumées.

Nous vous recommandons

Clas propose un testeur de capteurs et d’actionneurs

Clas propose un testeur de capteurs et d’actionneurs

Avec l’AC 0900, l’outilleur Clas s’attaque au contrôle rapide et simple des composants électriques que sont les capteurs et les actionneurs.L’outil de test AC 0900 proposé par Clas permet de tester et d'activer les principaux...

07/12/2022 | OutillageEquipement
Un premier e-garage pour Revolte

Un premier e-garage pour Revolte

MTA équipe l’Alfa Romeo Tonale

MTA équipe l’Alfa Romeo Tonale

Les équipementiers confrontés à de plus en plus de défis

Etude

Les équipementiers confrontés à de plus en plus de défis

Plus d'articles