Désignation en cas d'infraction routière : les gestionnaires de flotte au cœur du processus

Raphaël Desrosiers
Désignation en cas d'infraction routière : les gestionnaires de flotte au cœur du processus

Désignation en cas d'infraction routière : les gestionnaires de flotte au cœur du processus

Le Fleet & Mobility Managers Club (FMMC) accueillait ce jeudi 19 janvier, dans le somptueux cadre de l’hôtel Le Meurice, les responsables de flotte venus en nombre approfondir leur maîtrise de ce sujet au cœur de l’actualité.

Fréquentation record pour cette édition de notre club au service des professionnels des flottes. Plus d’une centaine de personnes sont ainsi venues assister à cette table ronde animée par Christophe Carignano, directeur des rédactions du pôle automobile d’Infopro Digital.

JPEG - 1.8 Mo
Trois experts étaient présents et ont répondu aux questions de l’assemblée.

Pour aborder le sujet houleux de l’obligation de désignation des collaborateurs commettant une infraction routière, effective depuis le 1er janvier de cette année, le club avait réuni pas moins de trois experts. Maître Laetitia Blanloeil, avocate consultante en droit social de CMS Bureau Francis Lefebvre, maître Jean-François Changeur, avocat à la cour spécialiste en droit pénal et en droit pénal routier, et Henri Prevost, directeur de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI), nous avaient fait le plaisir d’accepter notre invitation et ont pu apporter de précieux éléments de réponse aux problématiques soulevées par l’assemblée.

Des cas d’application très hétérogènes

JPEG - 1.3 Mo
Gestionnaires et experts ont pu échanger lors du cocktail.

De ce débat, c’est probablement la multiplicité et l’hétérogénéité des cas, mais aussi les problèmes d’application et de gestion que ce décret soulève qu’il faudra retenir. Si la loi est en effet désormais claire sur l’obligation des entreprises, lors de la réception d’un PV, de désigner leur collaborateur à l’origine de l’infraction, la procédure à suivre pour y parvenir ne l’est pas. Dans quelques cas, certaines failles du texte peuvent même créer des situations à risque pour l’entreprise ou le gestionnaire ou encore autoriser des pirouettes juridiques permettant l’impunité des chauffards.

Outre ces mises en lumière, cette soirée a également été l’occasion pour l’ANTAI d’annoncer la mise en place sur son site à partir du 1er mars d’une procédure simplifiée de désignation et d’un espace dédié au gestionnaire de flotte.

Nous vous recommandons

FMMC : De la bonne gestion des infrastructures de recharge

Événement

FMMC : De la bonne gestion des infrastructures de recharge

Poursuivant la saison 2021-2022 du Fleet & Mobility Managers Club, L'Automobile & L'Entreprise s'est attardé sur le dossier sensible de la recharge en s'interrogeant notamment sur l'opportunité d'implanter des bornes aux domiciles des...

Suzuki engage une flotte hybride auprès de La Solitaire du Figaro

Suzuki engage une flotte hybride auprès de La Solitaire du Figaro

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Sécurité routière : Marie Gautier-Melleray cède sa place à David Julliard

Nomination

Sécurité routière : Marie Gautier-Melleray cède sa place à David Julliard

Plus d'articles