Digitalisation, véhicules autonomes et électrique : VW veut s'organiser face à la Silicon Valley

Alice THUOT

Sujets relatifs :

Digitalisation, véhicules autonomes et électrique : VW veut s'organiser face à la Silicon Valley

Digitalisation, véhicules autonomes et électrique : VW veut s'organiser face à la Silicon Valley

Lors de la traditionnelle réception du nouvel an organisée par le groupe Volkswagen à Bruxelles, Matthias Müller a lancé un appel aux acteurs de l’industrie automobile et aux décideurs politiques européens pour une coopération dans les domaines de la transformation digitale et de la mobilité électrique.

« Nous ne devons pas laisser cet enjeu à la Silicon Valley ». C’est en ces mots que Matthias Müller, à la tête du groupe Volkswagen, a voulu interpeller les acteurs de l’industrie automobile et les décideurs politiques européens sur les enjeux de la mobilité de demain. Avec un accent plus particulièrement mis sur la digitalisation du secteur, mais surtout, les véhicules autonomes et la mobilité électrique.

Pointant un retard pris sur l’élaboration du cadre législatif nécessaire au développement des véhicules autonomes, mais aussi sur le nombre d’infrastructures indispensables à l’essor des modèles électrique, Matthias Müller a souligné l’importance d’une coopération étroite entre les décideurs politiques et l’industrie automobile. « Les efforts mis en œuvre par notre industrie seule ne suffiront pas. Nous devons travailler ensemble pour faire en sorte que l’Europe reste innovante et compétitive en tant que pôle industriel dans un monde en perpétuelle évolution », a souligné Matthias Müller.

C’est dans ce contexte que le patron du groupe a rappelé que, dans le cadre de la nouvelle Stratégie 2025, les différentes marques lanceront une vingtaine de modèles électriques ou hybrides rechargeable d’ici à 2020.

Les émissions vérifiées par un organisme indépendant

Cette réception annuelle a également été l’occasion pour le patron du groupe de revenir sur le scandale des moteurs truqués. Ce dernier a ainsi assuré que chacune des marques du groupe ferait désormais vérifier et certifier les taux d’émissions de ses véhicules par des inspecteurs indépendants et extérieurs. Les véhicules feront également l’objet de tests aléatoire en condition de conduites réelles. Avec cette démarche, le groupe espère ainsi rétablir la confiance des consommateurs.

« Les écarts constatés dans l’ensemble de l’industrie entre les résultats de tests officiels et les valeurs de consommation réelles ne sont plus acceptées et acceptables, a-t-il conclu. Nous devons partir sur de nouvelles bases. »

Nous vous recommandons

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir plus de 2,3 milliards d'euros dans une coentreprise pour la construction d'une usine de production de batteries pour véhicules électriques à Kokomo dans l’Indiana,aux États-Unis. Cette annonce...

Autopromotec attend plus de 1 300 exposants

Autopromotec attend plus de 1 300 exposants

Drive to Zero : les professionnels de la mobilité décarbonée ont rendez-vous au Grand Palais Éphémère les 6, 7 et 8 avril 2023

Drive to Zero : les professionnels de la mobilité décarbonée ont rendez-vous au Grand Palais Éphémère les 6, 7 et 8 avril 2023

#CONNECT distribution 2022 : rendez-vous à La Baule les 8 et 9 novembre 2022

#CONNECT distribution 2022 : rendez-vous à La Baule les 8 et 9 novembre 2022

Plus d'articles