Du sport automobile à l'industrie.

Bernard CASIN

Sujets relatifs :

A ceux qui s’intéressent au secteur automobile, une question est souvent posée : A quoi sert le sport automobile ?

Il est vrai que faire tourner en rond des voitures (?), plutôt des engins automobiles, pendant 50 tours sur un circuit de 6 km peut paraître peu sérieux, voire dispendieux, et quelle ressemblance avec ma voiture de tous les jours ? N’est-ce pas des dépenses outrageuses ? Et encore s’il s’agissait de rallye avec des voitures qui semblent bien plus proches ( ?) de celles qu’on voit dans la rue...
On peut citer dix ou vingt questions ou opinions de ce genre que nous, un tant soit peu impliqués dans le sport automobile, avons souvent entendu.

En fait, reconnaissons que les constructeurs, les équipementiers et manufacturiers automobiles peuvent très bien se passer, au moins pour un certain temps, de participer à l’une ou l’autre des compétitions... Alors pourquoi y vont-ils ? Pour plusieurs raisons : pour se faire connaître ou reconnaître du public mondial, donc de leurs clients potentiels, pour prouver leur maitrise d’un savoir-faire technique, pour animer leurs réseaux commerciaux, pour motiver leurs "troupes", etc. Bien sûr, tester dans des conditions difficiles des innovations qui seront appliquées en série ensuite est une voie assez fréquente pour confirmer l’intérêt et leur fiabilité. La réduction des consommations de carburants et des gaz à effet de serre et des polluants, un des critères essentiels aujourd’hui, a amené les constructeurs PSA et RENAULT à développer des moteurs 3 cylindres de moins d’un litre de cylindrée.

La Fédération Internationale de l’Automobile avait vu depuis plusieurs années cette tendance forte et deux championnats mondiaux seront directement inspirés de cette réduction de consommation et des polluants.

La Formule 1 dont la règlementation applicable dès la saison 2014 signe la fin des moteurs atmosphériques actuels de 3.5 l, puis de 3.0 l et actuellement V8 de 2.4 l. Les nouveaux moteurs seront des V6 de 1.6 l de cylindrée mais avec turbo et "complémenté" par une motorisation électrique. Ces progrès de dimensions de moteurs, de leurs consommations, de leur fiabilité - toujours sans sacrifier les performances - sont des modèles pour les ingénieurs motoristes de nos voitures habituelles.

Le plus remarquable à mon sens est l’introduction par la Fédération Internationale de l’Automobile d’un Championnat du Monde pour les Véhicules Electriques (Formule E), preuve que la FIA, qui a tant œuvré pour la sécurité, cherche aussi à promouvoir toute solution amenant une réduction des consommations d’énergie.

L’endurance type Le Mans nous a apportés depuis longtemps des innovations et des progrès souvent très connus : aérodynamique, freinage, éclairage, pneumatiques, rendements moteurs, etc.
De même, le rallye et le rallye-raid ont prouvé les progrès en fiabilité, en sécurité, en tenue de route, en systèmes de communication et de localisation, etc.

Rien qu’en France, les progrès continus pour la sécurité des automobilistes ont suivi une amélioration année après année. En quarante ans, de 1972 à 2012, la mortalité sur nos routes est passée de plus de 16.000 morts à moins de 4.000 malgré l’augmentation du parc automobile.

Bien sûr, cela ne provient pas uniquement des voitures, de leur construction et des équipements, mais le sport automobile cherche depuis des années toutes les solutions techniques qui seront ensuite des modèles pour les ingénieurs qui inventent et construisent les voitures de tous les jours. Toutes (ou presque toutes) ces innovations viennent nous faciliter notre vie d’automobiliste, et surtout la rendent beaucoup plus sûre.

Nous vous recommandons

Les véhicules hybrides rechargeables apprivoisent les ZFE

Les véhicules hybrides rechargeables apprivoisent les ZFE

Face au durcissement des contraintes environnementales et des réglementations, les constructeurs automobiles sont force de proposition pour apporter des solutions automatisées aux conducteurs afin de les laisser prendre la route «...

[Vidéo] Pour Michelin, le pneu 100 % durable c’est pour 2050

[Vidéo] Pour Michelin, le pneu 100 % durable c’est pour 2050

Volkswagen travaille sur le châssis du futur

Volkswagen travaille sur le châssis du futur

Kia vise la neutralité carbone à l’horizon 2045

Kia vise la neutralité carbone à l’horizon 2045

Plus d'articles