[Edito] Et HOP !

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

[Edito] Et HOP !

[Edito] Et HOP !

« On ne parle pas ici de moindre qualité mais bien de produits dont la conception vise à réduire délibérément leur durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement. »

Par la force des choses, l’après-vente automobile apprend à être sensible aux bonnes pratiques écologiques avec la mise en place réglementée de filières de recyclage des véhicules en fin de vie et des déchets de maintenance. On peut y ajouter la professionnalisation naissante de la distribution de pièces recyclées.

Malgré ces bons points, la filière pourrait avoir un nouveau défi à relever : celui de la durabilité ou, autrement dit, de l’obsolescence accélérée des pièces que commence à dénoncer l’association écolo HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée).

En juin dernier l’organisation, âgée de trois ans et désormais suivie par 40 000 consommateurs, a fait parvenir des courriers au ministre de l’Économie, à l’Autorité de la concurrence et à la Commission européenne pour les alerter sur le surprenant manque de durabilité de certaines pièces de rechange. Si HOP n’a pas encore mené réellement d’enquête à ce sujet, l’association recueille toujours plus de témoignages qui sont, selon elle, les signes d’une obsolescence programmée des pneumatiques, des plaquettes de frein, des courroies et des pièces d’usure en général, mais aussi de produits électroniques comme les GPS, avec des mises à jour logicielles stoppées prématurément.

Des témoignages de consommateurs, fabricants et fournisseurs

HOP ne dénonce pas une moindre qualité mais bien des produits dont la conception vise à réduire délibérément leur durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement. Une pratique à contre-courant de l’écologie poussée par la mondialisation du marché et une segmentation qui brouille l’offre entre pièces d’origine, équipementières, MDD et budget.

Étonnamment, les témoignages ne proviennent pas uniquement de consommateurs surpris par si peu d’endurance. Ils émanent aussi de fabricants et fournisseurs, qui dénoncent le manque de conscience d’une certaine concurrence. HOP, qui n’a pas hésité à s’attaquer avec succès dans d’autres domaines aux multinationales comme Apple ou Epson, réclame plus de règles pour contrôler réellement l’usure et la performance des pièces. L’association demande plus de transparence sur l’obsolescence à l’aide d’un étiquetage qui s’engage sur la durée kilométrique d’une pièce suivant un cycle normalisé.

Ce sujet, certes sensible, finira tôt ou tard par s’imposer. Il permettra aussi de mieux cadrer les pratiques de certains ateliers qui changent des pièces sans qu’elles soient véritablement usées.

Nous vous recommandons

L’ADPA milite pour un accès équitable à la donnée dans l’après-vente automobile

L’ADPA milite pour un accès équitable à la donnée dans l’après-vente automobile

L’Association européenne indépendante des éditeurs de données automobiles (ADPA) lance un label de qualité certifiant, au niveau européen, les données de réparation des véhicules fournies par ses sociétés membres.« Au regard...

26/10/2021 | Après-venteService
Autopromotec 2022 : des exposants encore attendus

Autopromotec 2022 : des exposants encore attendus

Luc Chatel PFA confirme que l'automobile joue sa survie

Événement

Luc Chatel PFA confirme que l'automobile joue sa survie

[Vidéo] Devenir un spécialiste de la reproduction de clés avec Silca

[Vidéo] Devenir un spécialiste de la reproduction de clés avec Silca

Plus d'articles