Électrification : pourquoi l’aftermarket peut-elle dormir tranquille encore au moins 10 ans !

Fabio CROCCO
Électrification : pourquoi l’aftermarket peut-elle dormir tranquille encore au moins 10 ans !

Les ventes de kits de distribution moteur n'ont rien à craindre de l'électrification des véhicules pendant encore au moins 10 ans selon la FIEV

La Fiev a étudié très minutieusement l’impact de l’électrification sur les ventes des équipementiers en 2030. Avec au mieux 12 % du parc électrifié, le marché n’a aucun souci à se faire. Explications.

La Fiev, organisation qui défend les intérêts des équipementiers automobiles implantés en France, s’est projetée en 2030 en mesurant l’impact de l’électrification du parc en matière de grandes ventes de pièces (embrayages, démarrage, échappements, suspensions, bougies, pièces moteur, filtres, essuie-glace, freinage, climatisation, thermique et éclairage), – hors vitrage, lubrifiants et pneumatiques –, sur ses adhérents.

Pour ce faire, le syndicat a estimé les évolutions des ventes de VN sur les huit ans, la progression du parc et la part que pourraient prendre les véhicules électriques à batterie (BEV). Trois hypothèses ont été émises avec des ventes de BEV qui progressent de 15 % par an, 20 % et 25 % comme le souhaite le législateur. Il ressort qu’en 2030, la part de BEV dans les immatriculations serait dans une fourchette de 21 à 41 %, contre 12 % aujourd’hui. La prévision du parc en 2030, en légère croissance, serait de 40,5 millions de VP, dont entre 3,1 et 4,7 millions de BEV. S’ajoutent à cela, 7 millions de VUL, dont 1 million de VUL électriques.

Partant de ces dimensions, et en considérant le taux de changement des différents types de pièces selon les programmes d’entretien des véhicules du parc donnés par les constructeurs mais aussi l’usage qui est fait des véhicules et de leurs pannes, la Fiev a estimé l’évolution des ventes en volume et en chiffre d’affaires.

Il ressort qu’en euros constants, hors inflation, le chiffre d’affaires de l’aftermarket se maintiendra en 2030 autour des 14 milliards d’euros TTC (ventes automobilistes), et cela peu importe l’une des trois hypothèses de taux de pénétration des BEV. En volume, les ventes de pièces étudiées n’évolueront quasiment pas, entre - 0,6 point pour la distribution moteur et + 0,3 point pour les balais d’essuie-glace.

« Cette forte résilience du marché s’explique par le fait que la part de l’électrique restera modeste en 2030, entre 8 et 12 % d’un parc vieillissant qui continue de grossir et qui restera très majoritairement thermique, entre 36 et 37 millions. Il faut aussi considérer que les véhicules thermiques gagnent en technicité, comme l’hybridation, ce qui apporte aussi de la valeur », explique Franck Fontanesi, directeur des données économiques et statistiques à la Fiev.

Nous vous recommandons

Des locations de voitures plus vertes pour les vacances d’été

Des locations de voitures plus vertes pour les vacances d’été

Selon les données du site Kayak.fr, les vacanciers français se sont tournés davantage vers la location de véhicules électrifiés cet été.Le moteur de recherche dédié au voyage, Kayak.fr, qui propose de la location de voiture, a...

Henkel réduit les substances chimiques dangereuses des produits Loctite

Henkel réduit les substances chimiques dangereuses des produits Loctite

Ford teste une technologie de feux qui projettent des indications routières

Ford teste une technologie de feux qui projettent des indications routières

Spies Hecker complète son offre de bases avec un nouveau rouge magenta

Spies Hecker complète son offre de bases avec un nouveau rouge magenta

Plus d'articles