Sobriété énergétique : Élisabeth Borne ferme la porte à l'abaissement de la vitesse maximale à 110 km/h sur autoroute

Antonin Moriscot

Sujets relatifs :

, ,
Sobriété énergétique : Élisabeth Borne ferme la porte à l'abaissement de la vitesse maximale à 110 km/h sur autoroute

L'abaissement de la vitesse maximale à 110 km/h sur l'ensemble du réseau autoroutier n'est pas envisagée par le gouvernement d'Élisabeth Borne.

© Marc Monegenet - Wikimedia - CC

Afin de réduire consommation et émissions polluantes, en ces temps de crise énergétique et d'urgence climatique, plusieurs voix s'élèvent pour réclamer l'abaissement de la vitesse maximale sur autoroute à 110 km/h. La Première ministre vient d'écarter la mise en place d'une telle mesure. 

La sobriété énergétique prônée par le gouvernement semble avoir ses limites. Fin octobre, plusieurs personnalités avaient signé une tribune intitulée « Roulons à 110 km/h sur autoroute » afin de réaliser des économies de carburant – à l'aune d'une crise énergétique – et donc de limiter les émissions polluantes liées au trafic automobile. Invitée de BFMTV lundi 14 novembre, la Première ministre, Élisabeth Borne, a reconnu les effets potentiels d'une telle mesure tout en fermant la porte à sa mise en place.

« Quand on passe de 130 à 110 km/h, on réduit de 20 % sa consommation. Dans le cadre du plan de sobriété énergétique, on a demandé aux fonctionnaires de réduire leur vitesse quand ils utilisent des voitures de service ou de fonction, mais de là à imposer cela aux Français, ce n’est pas la bonne voie », a fait savoir la cheffe du gouvernement.

Les « contraintes de temps » justifient une vitesse de 130 km/h

« On a des gens qui ont besoin de se déplacer sur autoroute et qui peuvent avoir des contraintes de temps. C’est important d’informer sur les économies qu’on peut faire en roulant mois vite, sur l’intérêt que ça peut présenter pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais on ne peut pas fonctionner à coups d’interdictions », a ajouté la Première ministre qui semble ne pas vouloir revivre la levée de boucliers qu'avait connu, en 2018, l'un de ses prédécesseurs – Édouard Philippe  lors du passage de la vitesse maximale sur les routes secondaires de 90 à 80 km/h. Une mesure sur laquelle sont revenues de nombreuses collectivités depuis.

« Je ne suis pas pour qu’on empile des mesures contraignantes sur nos concitoyens. Chacun doit prendre sa part : l’État, les collectivités locales, les entreprises », pour proposer des solutions alternatives à la voiture, « sans tout renvoyer sur les Françaises et les Français », a-t-elle ajouté au cours de cette séquence.

Nous vous recommandons

Green NCAP lance un outil pour comparer l’impact des voitures en cycle de vie

Green NCAP lance un outil pour comparer l’impact des voitures en cycle de vie

Engagées dans une démarche environnementale, de plus en plus d’entreprises ne se contentent plus de sélectionner des véhicules sur leurs émissions de CO2. Le consortium européen Green NCAP propose un outil pour évaluer les...

Rev Mobilities inaugure son premier site dédié au rétrofit

Rev Mobilities inaugure son premier site dédié au rétrofit

Shell s'empare du producteur de gaz naturel renouvelable Nature Energy

Shell s'empare du producteur de gaz naturel renouvelable Nature Energy

TSG et Atlante vont déployer des hubs de recharge rapide

En bref

TSG et Atlante vont déployer des hubs de recharge rapide

Plus d'articles