Emil Frey France et BCAuto Enchères vont ouvrir quatre CRVO en France d'ici à 2024

Yelen BONHOMME-ALLARD

Sujets relatifs :

Emil Frey France et BCAuto Enchères vont ouvrir quatre CRVO en France d'ici à 2024

Emil Frey France et BCAuto Enchères vont ouvrir quatre CRVO en France d'ici à 2024

À l’occasion d’une conférence de presse, le distributeur Emil Frey France et BCAuto Enchères, leader européen de la recommercialisation de véhicules d’occasion aux professionnels, ont annoncé le déploiement national de plusieurs CRVO au cours des trois prochaines années.

Le lancement était audacieux en période de crise sanitaire inédite et pourtant, aujourd’hui, c’est une affaire qui roule. Voilà déjà un an que le centre de reconditionnement de véhicules d’occasion (CRVO) a été inauguré par Emil Frey France et BCAuto Enchères. Situé à Ingrandes-sur-Vienne (86), le site a vu le jour au cours de l’été 2020 afin de répondre à la mutation des ventes automobiles et en particulier à la croissance du marché de l’occasion. Sa vocation est de rénover et reconditionner des VO dédiés à la revente à particuliers et à marchands pour les professionnels de la distribution automobile, tout couvrant les besoins du réseau du groupe Emil Frey, mais également les clients du groupe BCA.

En an un d’activité, le site a traité 22 500 VO âgés entre 3 et 5 ans et raccourcit en parallèle ses délais et coût de préparation. Hervé Miralles, président d’Emil Frey France et Belgique, et Olivier Fernandes, directeur général BCAuto Enchères estiment à environ 100 euros l’économie réalisée en taux de rénovation par véhicule grâce à ce processus industriel, et garantissent un flux logistique de 15 jours du véhicule depuis son retrait de la concession jusqu’à la livraison auprès du client (le transport est assuré par le groupe 2L Logistics). Notez qu’une fois arrivé au CRVO, la préparation d’un véhicule nécessite une moyenne de 9 heures et respecte une organisation en huit zones de travail (lavage, expertise, magasin, mécanique, carrosserie, préparation, qualité et shooting photo). Une fois l’ensemble du processus réalisé, l’annonce du véhicule éligible à la vente est ensuite publiée sur autosphere.fr. Outre le gain de temps et d’argent, le centre promeut également une homogénéisation de la qualité du reconditionnement, ainsi qu’un rehaussement des standards liés à la qualité des véhicules. « Nous avons poussé le standard de rénovation très loin pour offrir une qualité irréprochable à nos clients », assure Hervé Miralles.

D’autre part, le CRVO d’Ingrandes-sur-Vienne participe, à sa mesure, au respect de l’environnement : 80 % des eaux de lavage et les eaux de pluie sont récupérées via un système de recyclage ; les 6 000 places de parking extérieur ont été recouvertes de panneaux photovoltaïques permettant une production d’électricité à hauteur de 16 mégawatts.

Une seconde étape à Lens

Fort de ce succès, Hervé Miralles et Olivier Fernandes ont présenté les différentes étapes de leur déploiement national commun. D’ici à 2024, quatre autres CRVO verront le jour, à commencer par Lens au printemps 2022. Avec une présence locale de 59 concessions et la représentation de 15 marques, le site pourrait couvrir six départements (Aisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais et Somme). Ce projet est pratiquement abouti et « nous sommes déjà très avancés sur les plans 3 et 4. En revanche, nous sommes toujours à la recherche d’un terrain pour le numéro 5 », précise Hervé Miralles. Le CRVO de Lens a représenté un coût d’investissement global de l’ordre de 18 millions d’euros et pas moins de neuf fois de travaux de travaux et de réhabilitation. La surface de 18 500 m2, dont 9 800 m2 seront exclusivement dédiés au CRVO et 8 000 m2 seront consacrés à deux plateformes de pièces de rechange pour Renault et Ford. 45 000 VO y seront traités par an. Par rapport à l’expérience d’Ingrandes, le site de Lens verra ses secteurs carrosserie et lavage améliorés. Enfin, la répartition de la masse salariale sera la suivante : 280 collaborateurs au CRVO et 80 sur les deux plateformes pièce de rechange. Si la première session de recrutement a débuté il y a deux semaines concernant les postes d’encadrement, la communication à l’égard des postes de production sera lancée à compter du 30 septembre 2021.

Un maillage national

Quinze personnes travaillent à temps plein sur la concrétisation de ces futurs CRVO qui nécessitent chacun entre douze et quinze mois de réalisation. La région nord-est sera concernée par un projet d’implantation au printemps 2023, le sud-est à l’automne 2023 et le centre au printemps 2024. Grâce à ce maillage national, Emil Frey France et BCAuto Enchères anticipent la prise en charge de 150 000 véhicules d’occasion par an, soit le double des volumes VOP d’Emil Frey France actuels. « Quand on prend les CRVO de Lens et celui à l’est de Paris, on est sur deux implantations très favorables pour BCA en termes de proximité avec les pays de l’Europe de l’Est donc cela nous permettra d’aspirer l’approvisionnement disponible dans ces pays afin que les véhicules soient reconditionnés et qu’ils puissent nourrir le marché français », complète Olivier Fernandes. Et pour atteindre ces objectifs ambitieux, le choix de la localisation est primordial. « Il n’est pas facile de trouver un terrain de 10 hectares à des prix abordables, qui n’est pas perdu au milieu de nul part et qui réponde à tous les critères ». Hervé Miralles fait référence à la proximité des axes routiers et des transporteurs, la nécessité d’un espace de stockage et de parking, une surface suffisante pour organiser une logistique dédiée ou encore un bassin d’emploi favorable. À terme, ce réseau de CRVO permettra, selon les deux dirigeants, la création de 1 200 emplois à travers le pays. Formations et apprentissages seront assurés par les organismes.

En somme, chaque implantation représentera un investissement de 20 millions d’euros. Les deux dirigeants n’excluent pas une extension future de ce réseau en fonction de la demande : « On cherche à appréhender un marché qui est aujourd’hui prometteur et intéressant. C’est à la fois un besoin organique et un besoin externe. Notre avantage est qu’on est vraiment dans le cadre d’une usine, ce n’est pas un gros atelier. On va appréhender une partie du marché en France et si on estime que la demande est suffisante pour en monter une sixième, même s’il n’y a pas une concession dans la région qui a du potentiel, ça ne me gêne absolument pas de le faire. Si la demande est là et que le marché est là, on le fera », conclut Hervé Miralles.

Nous vous recommandons

F2G veut disrupter la garantie VO

F2G veut disrupter la garantie VO

La société de service F2G entre sur le marché de la garantie des véhicules d’occasion en revisitant la solution de gestion pour compte. Elle propose aux garages de lui déléguer cette gestion pour minimiser les risques et faire des...

20/10/2021 | Après-venteMarché VO
Sineo se développe avec le reconditionnement VO

Sineo se développe avec le reconditionnement VO

Auto1 déploie une nouvelle fonctionnalité pour faciliter les ventes de VO à marchands

Auto1 déploie une nouvelle fonctionnalité pour faciliter les ventes de VO à marchands

Carnext racheté par Constellation Automotive Group, maison-mère de BCAuto Enchères

Carnext racheté par Constellation Automotive Group, maison-mère de BCAuto Enchères

Plus d'articles