Encore une année à venir sombre pour le marché du véhicule industriel

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

Encore une année à venir sombre pour le marché du véhicule industriel

Le marché du véhicule neuf poids lourd est resté stable en 2022 (44 341 unités) selon l’Observatoire du véhicule industriel.

Selon les analyses de l’Observatoire du véhicule industriel (OVI), la vente de camions ne se normalisera pas avant 2024. 2023 ne fera pas mieux que 2022 où le marché a été pénalisé par un manque d’offre. Le recul de la demande reste une menace.

Pas d’embellie à prévoir cette année pour le marché des ventes de camions selon l’analyse que vient de partager l’Observatoire du véhicule industriel (OVI) de BNP Paribas Rental Solutions. L’inflation et les craintes de récession dominent toujours l’actualité économique ce qui devrait donner lieu à de l’attentisme et des reports en termes de dépenses et d’embauches. Le secteur du transport routier de marchandises anticipe une baisse de son marché avec un coût du transport en hausse, autour des 9 %, dû à la hausse brutale des prix des carburants et des salaires. De leur côté, les chefs d’entreprises continuent d’exprimer leurs inquiétudes ce qui est peu propice à des intentions d’achat. L’optimiste n’est pas de mise pour un tiers des sociétés du transport. De plus, 61 % des experts prévoient une augmentation des défaillances d’entreprises.

Une année 2022 flat

Pour rappel, il s’est vendu l’an passé en France 44 341 véhicules industriels, contre 44 138 en 2021. Les tracteurs sont en phase de reprise avec une progression de 12,2 % des ventes (25 525 unités). Les porteurs sont en forte régression (- 12,1 %) à 18 816 immatriculations.

Selon un sondage mené auprès des distributeurs, les commandes de tracteurs neufs sont désormais en recul de 2,8 % et celles pour les porteurs progressent de 16,5 %, tandis que la hausse des prix s’est amplifiée de 14,4 % pour les tracteurs et de 16,4 % pour les porteurs. Les remises se sont affaiblies. Bien que les délais de livraison restent extrêmement longs, ils sont en baisse (308 jours fin 2022 contre 339 jours fin 2021).

Un marché en baisse cette année

Dans ce contexte, se dessine pour l’OVI un recul généralisé du marché avec, comme hypothèse basse, - 7,5 % pour les tracteurs et - 6,8 % pour les porteurs neufs. Les ventes seront comprises dans une fourchette allant de 41 140 à 44 000 VI. Les prix devraient continuer à croître, en particulier pour les véhicules neuf (+ 11,5 % pour les tracteurs, + 12,1 % pour les porteurs).

« C’est bien un marché en baisse ou en relative stabilité que nous prévoyons pour 2023. Les impacts cumulés de la hausse des prix et des délais de livraison seront autant d’écueils à la reprise des immatriculations. S’ils se confirment, la conséquence de ces chiffres sera le vieillissement du parc roulant à contre-courant des volontés politiques de verdir les flottes », conclut Arnaud Villéger, nouveau directeur de l’Observatoire du véhicule industriel.

Nous vous recommandons

Paccar enregistre des bénéfices records

Paccar enregistre des bénéfices records

La société mère de DAF annonce des revenus et un bénéfice net record en 2022.La vente des nouveaux modèles DAF, Peterbilt et Kenworth, permet à Paccar de dresser un très bon bilan de l'année 2022, avec au total la livraison de 185...

26/01/2023 | DAF Trucks
Imbroglio autour du B100 et de la vignette Crit’Air 1

Imbroglio autour du B100 et de la vignette Crit’Air 1

Allison Transmission noue un partenariat avec Nikola pour le test de véhicules électriques

Allison Transmission noue un partenariat avec Nikola pour le test de véhicules électriques

La FNTR s’active sur le sujet de la santé au travail

La FNTR s’active sur le sujet de la santé au travail

Plus d'articles