Vidéo

Essai - BMW iX xDrive40 : boudoir bodybuildé

Essai - BMW iX xDrive40 : boudoir bodybuildé

© BMW

Pour son grand SUV électrique, cousin du X5, BMW a misé sur une ambiance intérieure à la fois cossue et cocon, combinée à un comportement routier dynamique. Une synthèse originale et plutôt réussie.

Une fois n’est pas coutume, BMW a entamé la genèse du nouvel iX par l’habitacle. L’ambiance à bord est chaleureuse, incluant du bois et une planche de bord d’aspect presque ouaté. C’est chic et zen à l’exception peut-être de la finition en cristal poli qui rend un rien clinquantes les commandes situées sur le tunnel central et les contre-portes. L’univers de ce iX brille également par sa luminosité avec son toit panoramique (qui s’opacifie sans avoir à tirer un quelconque store d’occultation) et un agencement qui donne, aux places avant, une sensation d’espace ouvert. Les puristes de la marque regretteront peut-être le cockpit maison, jalousement orienté vers le conducteur, les autres, notamment en famille, découvriront que les productions à l’hélice sont aussi des voitures à vivre. Le tout avec une pléthore de technologies comme une calandre auto-cicatrisante (qui diminuera les frais de restitution en effaçant ses éraflures). BMW parle de « Shy tech » car les multiples équipements embarqués sont volontairement discrets. Il faudra sans doute un peu acharnement pour débusquer les 36 hauts-parleurs disséminés dans l’habitacle.

Du rythme et de la douceur

On profitera d’autant mieux de sa musique (avec une intégration d’Apple réussie), que le SUV est bien insonorisé et le sifflement du moteur électrique, imperceptible. Les gros rouleurs apprécieront l’excellent maintien lombaire des sièges et un confort de suspension inattendu pour un SUV d’environ 2,4 tonnes, capable de performances. On profite ici de la plateforme conçue pour l’électrification, qu’elle partage avec sa fausse jumelle, la berline i4. Le 0 à 100 km est abattu en 6,1 secondes et la voiture, forte de ses quatre roues motrices, reste efficace y compris en virage. Seul tracas, les petites routes dégradées où le cocktail poids, garde au sol élevée et grandes roues (jusqu’à 22 pouces) met à l’épreuve la suspension qui pompe pour limiter les mouvements d’une caisse qui parfois talonne. Dès que le revêtement redevient lisse, en ville comme sur autoroute, la iX fait des merveilles en conjuguant rythme et douceur.

Nous vous recommandons

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

Bien avant l’arrivée de la Renault Mégane E-Tech Electrique, et en attendant les futures Peugeot e-308 et DS 4 E-Tense, la seule compacte française à s’opposer à la Volkswagen ID.3, nouvelle référence du marché après avoir...

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

Le carrossier italien Caselani ressuscite les Citroën 2 CV Fourgonnette et Acadiane

Vu sur les réseaux sociaux

Le carrossier italien Caselani ressuscite les Citroën 2 CV Fourgonnette et Acadiane

Les réunions Teams embarquent en voiture avec Lynk & Co

Les réunions Teams embarquent en voiture avec Lynk & Co

Plus d'articles