Essai - Mercedes Classe C Break : Roule toujours !

Essai - Mercedes Classe C Break : Roule toujours !

© Mercedes-Benz

Si implanter un bloc diesel dans une citadine est un non-sens, cela reste parfaitement pertinent sur une routière. C’est la démonstration éclatante faite par la nouvelle Mercedes Classe C 220d, pouvant parcourir 1 300 km !

Basée sur une plateforme inédite, autorisant une micro-hybridation (un alterno-démareur développant 20 ch), la nouvelle Classe C en profite pour s’étirer de 6 cm, pour s’étaler désormais sur 4,75 m de longueur, en berline comme, ici, en break. Ce qui lui permet d’offrir des cotes généreuses, tant pour les occupants, que pour les bagages (490 dm3 sous la tablette). Si, sans surprise, elle adopte le design élégant de ses grandes sœurs, elle en profite surtout pour se mettre à jour en technologies de pointe. Elle adopte deux dalles numériques au graphisme soigné (11,9’’ pour l’infodivertissement). Il n’y a quasiment plus de boutons « physiques », et si certaines fonctions ne sont pas toujours intuitives à utiliser (ou obligent à détourner le regard de la route), il existe heureusement une parade efficace offerte par le système MBUX : son assistant vocal, assurément le plus évolué du marché ! À partir d’un « Hey Mercedes », on a presque tout à portée de la voix.

Infatigable voyageuse

Si la finition reste premium (excepté des plastiques durs dans les parties basses), ce qui fait le plus plaisir à voir en démarrant avec le plein est l’autonomie affichée de… 1 300 km ! Ce résultat qui laisse rêveur est juste le fruit de dizaines d’années d’expérience de Mercedes dans le diesel, une copie quasi-parfaite que le constructeur va devoir bientôt jeter à la poubelle parce que des cols blancs en ont décidé ainsi à Bruxelles ! Un gâchis, car c’est dans un silence de fonctionnement reposant que cette Mercedes avale les kilomètres. Après un aller-retour jusqu’à La Rochelle effectué à un bon 150 km/h sur autoroute, la consommation n’a pas excédé les 5,7 l/100 km, si bien qu’il restait plus du quart du plein au retour ! Un vrai chameau cette Merco, mais pas donnée, puisqu’elle s’affiche minimum 55 450 euros en finition Avant-Garde. Une chose est sûre : cette version 220d est parfaitement calibrée pour les gros rouleurs, et aucune électrique n’en offre autant !

Bien vu

  • Consommation record !
  • Ligne agréable
  • Habitabilité en hausse
  • Technologies embarquées à la pointe

À revoir

  • Prix élevé
  • Détails de finition
  • Ergonomie pas toujours intuitive
     

Nous vous recommandons

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Enquête

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Alliances industrielles, montée en gamme et électrification : le marché des véhicules utilitaires légers connaît de nombreux bouleversements... et accueille toujours plus d'acteurs en quête de croissance.Pour les non-initiés, les...

Skoda Enyaq Coupé iV : à ciel ouvert

Vidéo

Skoda Enyaq Coupé iV : à ciel ouvert

La mobilité légère à hydrogène de Pragma Mobility disponible en LLD pour les pros

La mobilité légère à hydrogène de Pragma Mobility disponible en LLD pour les pros

Mobilité hydrogène : Hyvia cherche à séduire les collectivités locales avec son Master CityBus H2-Tech

Vidéo

Mobilité hydrogène : Hyvia cherche à séduire les collectivités locales avec son Master CityBus H2-Tech

Plus d'articles