Essai - Skoda Karoq : l’âge de la maturité

Thomas Riaud

Sujets relatifs :

, ,
Essai - Skoda Karoq : l’âge de la maturité

© SKODA AUTO

Difficile de rester en haut de l’affiche sur le segment des SUV compacts, sans cesse bousculé par de nouveaux arrivants. Pour soutenir son Karoq, Skoda lui offre un salutaire restylage, signe de sa maturité…

Calandre gourmande, phares à LED plus expressifs et boucliers modifiés confèrent à n’en pas douter un style plus affirmé au Karoq. Cette cure de jouvence est bienvenue, dans la mesure où le design reste un critère prépondérant sur le marché des SUV, toujours plus concurrentiel. Mais face aux récents Hyundai Tucson, Kia Sportage ou même Peugeot 3008 restylé, le plus conventionnel Karoq paraît encore bien sage. Pourtant, dans le détail, les stylistes n’ont pas chômé, en s’évertuant, avec l’aide des ingénieurs, à tout mettre en œuvre pour améliorer le Cx (0,30), garant d’une consommation maîtrisée, et donc de rejets de CO2 en baisse. Pour converger vers cet objectif, la climatisation, la gestion de la boîte automatique et les moteurs ont eux aussi été revus. Et la monte de pneus « verts », apporte la touche finale. Au final, mis bout à bout, tout cela permettrait de gagner 17 g de CO2/km sur toute la gamme. Une gamme allant du modeste 1.0 l TSI de 110 ch, au gros 2.0 l TDI de 150 ch. C’est cette dernière version, taillée pour les gros rouleurs, qui est ici à l’essai…

Bon compagnon de route

S’il n’y a aucun « effet waouh » à espérer du Karoq à l’intérieur, il séduit néanmoins par sa présentation mixant modernité – via un combiné numérique à affichage variable ou l’ajout des dernières aides à la conduite – et qualité avec l’usage de plastiques moussés, bien ajustés. Outre une habitabilité record, l’ergonomie rassure avec des commandes intuitives grâce à des boutons physiques, faciles à appréhender. On prendra soin d’en utiliser certains, pour basculer en mode « sport », afin de compenser la relative paresse de la boîte DSG à 7 rapports imposée avec ce gros diesel. Celle-ci est douce à l’usage, mais de moins en moins réactive, rançon d’une gestion voulue plus lente pour préserver l’embrayage… et limiter les rejets de CO2. Sûr en toutes circonstances, la transmission intégrale étant un précieux atout, ce SUV parvient à tenir de bonnes cadences, mais au prix d’une consommation moyenne approchant les 7,5 l/100 km. C’est un peu trop. Tout comme les prix, de plus en plus élevés chez Skoda : le Karoq s’affichant de 29 530 à 44 810 euros…

Skoda Karoq : la gamme, les prix

1.0 l TSI 110

110 ch

6 CV

CO2 : à partir de 131 g/km

29 530 €

1.5 l TSI 150

150 ch

8 CV

CO2 : à partir de 140 g/km

31 540 €

2.0 l TDI 116

116 ch

6 CV

CO2 : à partir de 125 g/km

32 840 €

2.0 l TDI 150

150 ch

8 CV

CO2 : à partir de 128 g/km

44 250 €

Bien vu :

  • Habitabilité
  • Vraie offre 4x4     
  • Confort et aspects pratiques 


À revoir :

  • Boîte DSG paresseuse 
  • Style toujours trop sage  
  • Tarifs toujours plus élevés
     

Nous vous recommandons

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

Le grand SUV 100 % électrique du constructeur premium allemand est désormais disponible à la commande. Ses premières livraisons sont annoncées pour le mois de décembre.La gamme électrifiée EQ de Mercedes-Benz s’agrandit encore. Un...

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

Cupra élargit la gamme de motorisations de la Leon

Cupra élargit la gamme de motorisations de la Leon

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

Plus d'articles