Fin de la gratuité de stationnement pour les deux-roues : et pour les pros ?

Leslie Auzèmery

Sujets relatifs :

, ,
Fin de la gratuité de stationnement pour les deux-roues : et pour les pros ?

Les deux-roues électriques qui ne sont pas concernés par le stationnement payant.

© Clement Dorval/Ville de Paris

[Mis à jour le 30/08/2022 à 12h30 ] Les deux-roues ne sont plus considérés comme une catégorie à part par la mairie de Paris. Au 1er septembre, ils devront eux aussi s'acquitter d'une certaine somme – le prix de la redevance varie de 2 à 6,25 euros de l'heure sur une durée maximale de 6 heures – pour pouvoir stationner dans les rues de la capitale.

La fin d'une époque ! Bénéficiant jusqu'alors de la gratuité, les conducteurs de deux-roues non électriques vont, à partir du 1er septembre et à l'instar des automobilistes, découvrir le stationnement payant à Paris. Entérinée il y a un an, la mesure se combine à la suppression d’au moins 60 000 places de stationnement en surface d’ici à 2026 ainsi qu'à la hausse des tarifs intervenue en juin 2021. L'objectif clairement affiché par les élus en place étant « la réduction de la place de la voiture et des deux-roues motorisés sur la voirie au profit des Parisiens et de la nature ».

Professionnels, des tarifs préférentiels

Face à ce changement de paradigme, la ville a défini une grille tarifaire complète sur la base de celle appliquée aux voitures. Paiement au temps pour les visiteurs ou formules d'abonnement pour les résidents, plusieurs solutions sont possibles. Il existe également deux grilles tarifaires pour les professionnels. La première s'adresse aux entreprises domiciliées à Paris dont l’activité est principalement sédentaire en leur permettant de stationner à tarif préférentiel, 24 heures consécutives, dans les voies mixtes des 4 zones de stationnement résidentiel à proximité de leur établissement.

La seconde est dédiée aux actifs ayant une activité principalement mobile, exerçant à l'intérieur du périphérique et domiciliés à Paris ou dans les départements 92, 93 et 94 afin de pouvoir stationner à tarif préférentiel, 7 heures consécutives, sur tous les emplacements payants en surface. Attention toutefois car une entreprise ne peut pas faire profiter de cet avantage à tous ses salariés. Il existe un nombre maximum de droits disponibles en fonction du nombre d’employés. Par exemple, les établissements de moins de 10 salariés peuvent prétendre à trois forfaits pour trois véhicules.

La demande s'effectue directement sur le portail guichet pro Paris dans la rubrique « Demande de cartes de stationnement professionnel ».

Une aubaine pour les deux-roues électriques

Cette nouvelle mesure est une aubaine pour les deux-roues électriques qui ne sont pas concernés par le stationnement payant. Les amateurs de scooters et motos sont donc poussés à se tourner vers ce nouveau moyen de transport qui connaît un véritable succès. En effet, entre 2020 et 2021 les ventes ont augmenté de 90 % pour les 50 cc et 35 % pour les 125 cc à batteries, alors que les offres se multiplient pour inciter les professionnels à opter pour cette solution de mobilité.

Des solutions de stationnement alternatives

Enfin, des opérateurs privés proposent également une multitude d'alternatives qui peuvent s'avérer moins coûteuses. Ces dernières ont l'avantage d'être sécurisées et sans limite de temps. À titre d'exemple, Yespark met à disposition les places de parking inutilisées des bailleurs sociaux, en location au mois. Son offre modulable transforme une place pour voiture en places pour moto. Son ambition : déployer 40 000 places pour les deux-roues motorisés d'ici à 2025. L'opérateur de stationnement en Île-de-France, Saemes, s'est également préparé à cette échéance en rénovant ses parkings afin de proposer davantage de places pour ces véhicules. Objectif : inciter les utilisateurs de deux-roues à se garer en sous-sol. 23 parkings parisiens bénéficient de places motos, proposant plus de 1 500 places. Comme pour les automobiles, les entreprises peuvent s'abonner avec des tarifs adaptés à leur flotte. Zenpark propose de son côté une offre de "parking partagé” à destination des deux-roues, avec l’arrivée de nombreux nouveaux parkings sur Paris en cette rentrée. Au total, 1 300 places réparties dans 130 parkings sont opérables dans la capitale.

Enfin, des applications facilitent le stationnement. Outre la possibilité de trouver et réserver sa place de parking parmi les 42 000 disponibles dans Paris pour les deux-roues (en plus des zones partagées avec les voitures), EasyPark offre une gestion simplifiée du paiement : raccourcir ou prolonger en direct depuis son téléphone la durée du stationnement, paiement directement depuis le téléphone de l’usager... PayByPhone, déployée depuis 2015 à Paris pour les voitures, s’apprête également à étendre son service aux deux-roues dès le 1er septembre 2022.

Nous vous recommandons

La Ville de Marseille va diviser par deux sa flotte automobile

La Ville de Marseille va diviser par deux sa flotte automobile

Le maire de la Cité phocéenne a décidé de réduire le parc automobile municipal. Une manière de générer d'importantes économies mais aussi de réorganiser un service au sein duquel ont été pointées diverses dérives.Benoît Payan...

23/09/2022 | EconomieGestion de parc
Dacia dessine son avenir à travers Manifesto

Dacia dessine son avenir à travers Manifesto

Opel ressuscite son appellation GSe

Opel ressuscite son appellation GSe

BMW introduira la recharge automatisée Plug&Charge en milieu d’année 2023

BMW introduira la recharge automatisée Plug&Charge en milieu d’année 2023

Plus d'articles