Ford ne compte pas créer une marque automobile électrique spécifique

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Ford ne compte pas créer une marque automobile électrique spécifique

Le Ford F-150, best-seller du marché américain, passe à l'électrique. Ford disposera d'une capacité annuelle de production de véhicules électriques de 600000 unités d'ici deux ans, dixit Jim Farley.

© Ford

Le président de Ford, Jim Farley, a expliqué que le groupe ne comptait pas séparer ses activités entre véhicules électriques et thermiques via des marques distinctes. A ses yeux, il faut accepter la concurrence, notamment celle de Tesla ou Nio sur la voiture électrique, sans la singer.

Lors de la conférence Wolfe Research Global Auto qui s’est tenue aux Etats-Unis, Jim Farley, président de Ford, a indiqué que le groupe n’avait aucune intention de séparer ses gammes de véhicules électriques et celles de modèles thermiques par la création de nouvelles marques. En clair, pas d’équivalent d’ID ou d’EQ à l’agenda du constructeur américain, qui vient de publier de bons résultats financiers.

Pouvoir concurrencer Tesla ne veut pas dire l’imiter

Jim Farley clôt ainsi un débat mis en avant par quelques analystes financiers qui pensaient que Ford et GM allaient créer des marques dédiées à leurs véhicules électriques, afin de profiter de la valorisation susceptible d’en découler, comme on le vérifie avec Tesla. « Nous avons à l’esprit que nous sommes en concurrence avec des marques comme Tesla ou Nio et nous devons l’accepter, sans mimer ce qu’ils font. D’autant que nous devons aussi affronter la rude concurrence sur le marché des véhicules thermiques », lance Jim Farley.

A la recherche d’une meilleure efficacité financière pour les véhicules électriques et thermiques

Jim Farley a aussi évoqué sans détour le fait que le groupe devait améliorer ses indicateurs financiers sur les véhicules thermiques : « Il y a trop de déperdition dans notre business. Nous devons viser une meilleure qualité, une baisse des coûts structurels, notamment en réduisant la complexité des voitures ». Une démarche qui a été déjà initiée au sein du groupe avec une grande rationalisation des gammes et des options.

Jim Farley juge aussi que le groupe doit mieux faire fructifier ses activités sur le véhicule électrique : « Pour atteindre les marges d’un groupe comme Tesla, nous avons des progrès à faire. Ce qui passe par des recrutements de nouveaux profils, spécialistes des architectures électriques, des nouveaux composants liés à ces solutions, mais aussi d’experts de la digitalisation de l’expérience clients ». Le verbe décidemment libéré, sur ce dernier point, il a notamment estimé que tout ce qui coûtait trop cher dans la distribution automobile, par rapport à la valeur apportée, devait être supprimé et qu’il fallait s’attacher à simplifier la phase de pré-achat et de réservation.

Nous vous recommandons

Lesaffre Utilitaires complète la flotte du Samu de Lille avec des Volkswagen Transporter

Vu sur les réseaux sociaux

Lesaffre Utilitaires complète la flotte du Samu de Lille avec des Volkswagen Transporter

Dans le Nord, le Samu a décidé de renouveler une partie de sa flotte avec des véhicules badgés Volkswagen Véhicules Utilitaires.Après le temps des commandes, vient le temps des livraisons de véhicules neufs. Dans le Nord, le Groupe...

Le Groupe JPV fait entrer des Toyota Yaris dans la flotte de la Cogen

Vu sur les réseaux sociaux

Le Groupe JPV fait entrer des Toyota Yaris dans la flotte de la Cogen

Suzuki engage une flotte hybride auprès de La Solitaire du Figaro

Suzuki engage une flotte hybride auprès de La Solitaire du Figaro

Paris Automotive Week : Le constructeur chinois BYD confirme sa participation au Mondial de Paris

Événement

Paris Automotive Week : Le constructeur chinois BYD confirme sa participation au Mondial de Paris

Plus d'articles