Ford sonde les attentes environnementales des Européens

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Ford sonde les attentes environnementales des Européens

© Ford

Sur fond de COP26, Ford a interrogé les 14 000 citoyens de huit pays européens, dont la France, sur leurs attentes et leur engagement au sujet de la lutte contre le dérèglement climatique. Les Français sont prêts à rouler moins, mais ne plébiscitent pas le véhicule électrique.

« Climate Countdown », le dernier rapport trimestriel de Ford Go Electric, révèle qu'une majorité écrasante d'Européens (une moyenne de 90 % dans chacun des huit pays étudiés) estime avoir un certain niveau de responsabilité personnelle dans la lutte contre le changement climatique. Dans de nombreux pays (Royaume-Uni (32 %), les Pays-Bas (25 %), l'Espagne (38 %) et l'Italie (33 %), au moins 25 % de la population se sent « très » responsable. En France, c’est le cas d’une personne sur cinq (21 %). 1 Français sur 5 (19 %) attend aussi de la COP26 que les pays européens avancent leur objectif zéro émission.

Parmi les principales choses que les Français seraient prêts à sacrifier, le fait de ne pas utiliser de plastique (38 %), de réduire la consommation d'énergie (45 %) et de privilégier le circuit court (35 %) arrivent en tête. L’étude pointe aussi que 35 % des Français seraient prêts à moins utiliser leur voiture, tandis que 24 % ont déclaré être prêts à renoncer aux voyages en avion à l'étranger.

Au chapitre de l’électrification, 31 % des Français pensent que les véhicules hybrides représentent une première étape intéressante vers l'électrification, 1 personne sur 3 (33 %) estimant qu’un véhicule hybride constitue le meilleur compromis entre l'essence et les énergies plus propres. En ce qui concerne les attitudes des Européens à l'égard des véhicules électriques (VE), l'étude révèle que le public reconnaît de plus en plus que les VE représentent l'avenir (37 %), mais elle suggère également qu'il existe encore des obstacles légitimes à leur adoption. Seuls 28 % des Français pensent que le 100 % électrique est l’avenir de l’automobile.

Les problèmes de recharge et l'angoisse de l'autonomie figurent toujours parmi les problèmes les plus importants perçus par les Français interrogés, 30 % d'entre eux déclarant avoir des inquiétudes quant à l'endroit où ils pourraient recharger leur véhicule, 23 % regrettant le manque d'infrastructure disponible et 27 % affirmant que les VE les dissuaderaient de faire de longs trajets. « Je crois qu'il incombe à toutes les parties prenantes – le gouvernement, tant national que l’Union européenne, les fournisseurs d'énergie et les constructeurs automobiles – d'insister auprès des utilisateurs sur les possibilités de l'électrification et de créer l'infrastructure nécessaire pour soutenir cette vision, car ce n'est qu'avec une approche unifiée que nous pourrons tenir cette promesse », commente Stuart Rowley, président de Ford Europe.

Nous vous recommandons

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement annonce le lancement de « Rebond Industriel ». Ce dispositif a pour but d'accompagner les territoires concernés par les transformations de la filière automobile.Le ministre de l'Économie des finances de la souveraineté...

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

Reportage

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

Plus d'articles